Accueil > Magazine > Compte-rendus

  La Jean Racine 2010


(28/05/2010)

D’année en année, la Jean Racine est devenue un incontournable. Organisée par le club local, Véloxygéne, elle propose des parcours pour tous les niveaux, dont un 80km digne des meilleures organisations. De la belle ouvrage, que Rodge est allé tester du bout de ses crampons...

"Cela fait déjà quelques années que je n’avais pas eu le plaisir de rouler en vallée de Chevreuse en général et encore moins lors d’une "Jean Racine".

En Région Parisienne, faire un grand parcours de la JR, c’est comme le tour du Mont-Blanc pour les Grenoblois, le raid Godefroy pour les Belges ... c’est la première grosse sortie de l’année, quand la neige a fondu, que le printemps s’annonce (et les vacances scolaires).
Pour l’historique de la randonnée, je ne vais pas vous refaire le topo, car tout est très bien expliqué sur le site de Veloxygène donc pas la peine de reprendre tout ca.

On y croise également tout le gratin parisien du petit microcosme vététesque local : Pédalator et Mary, les Frappés, la Marmotte, WWWFabien et plein d’autres que j’oublie ...

Ce dimanche commence par le réveil qui sonne tôt à Montargis, rendez-vous pour récupérer Antoine à 6h45 et direction le nord pour rejoindre St Remy les Chevreuses. Nous avons prévu de faire le 80km à un rythme plutôt tranquille, notre objectif à venir étant le raid du chemin du soleil à l’ascension. Nous avons très peu roulé ensemble et c’est une façon de voir si j’arriverais à tenir les trois jours avec lui (qui s’est entrainé comme un fou furieux depuis septembre dernier alors que je suis devenu un pro du vélo sur Wii, mais en vrai je gagne quand même tous les sprint avec les enfants du club !)

Depuis ma dernière participation, il y a 3 ans, toute l’organisation a encore progressé et la Jean Racine est au niveau des grosses randonnées nationales comme la Forestière, avec son salon (samedi et dimanche) et la soirée du samedi soir (à laquelle je n’ai pas pu assister malheureusement).

J’innove cette année avec une fourche suspendue sur le vélo, alors que d’habitude je roule encore en tout rigide à cette époque de l’année. C’est moche de vieillir ..

En ce qui concerne les circuits, ils sont en partie renouvelés lors de chaque édition, on retrouve des passages connus (le col de la Madeleine par exemple !) et des inédits spécialement tracés pour l’occasion. Pour avoir roulé sur quelques grosses randonnées (raid des Cadoles, Chemins du Soleil) avec les membres de Veloxygène, ils se décarcassent pour offrir du vrai vtt et certains seraient étonnés de la qualité des tracés et des difficultés offertes, à une portée de fusil de la tour Eiffel.

Le départ sur le 80km fermait à 8h30. Nous avons décidé de partir juste avant pour éviter les bouchons, et cela a été un très bon choix, nous n’avons eu quasiment personne sur toute la randonnée. Les départs dans des directions différentes et le nombre limité de participants ont du également éviter ces désagréments. En plus le temps est frais mais sec, ça s’annonce plutôt bien !

Départ du centre ville, on passe un portillon (gardé !) et on se retrouve en pleine nature (presque) sur un chemin, le long d’une ancienne voie ferrée, un beau faux plat montant, idéal pour se réchauffer.

Au bout de quelques kilomètres, une vraie montée et déjà des personnes poussent leur vélo !

Nous rattrapons quelques frappés(*), l’occasion de discuter un peu ... en restant prudent car les descentes sont encore plus raides que les montées !

L’enregistrement du cardio est assez explicatif. Certaines montées se sont faites à l’arrache avec le palpitant au rupteur (j’ai enregistré un max à 191). On retrouve avec bonheur des singles vraiment sympas, des descentes plus faciles que les précédentes éditions (à cause de la fourche suspendue ?), et globalement peu de monde sur les chemins.

Un petit mot sur le balisage qui était un peu léger à 2 ou 3 endroits (peut être arraché par des promeneurs ?) mais suffisant partout ailleurs.

Au bout d’une cinquantaine de kilomètres, Antoine commence à avoir mal aux mains. Ses gants neufs n’ont pas de gel au niveau des paumes et ça le gène de plus en plus. Nous avons également tous les deux des problèmes de chainsuck sur nos plateaux intermédiaires (pourtant tout passait bien à Montargis), cela devient dur et on commence à quitter le circuit du 80km pour les options courtes (60 et 70) qui se présentent.

Nous entrons dans Chevreuse avec l’impression d’en avoir fini. Mais au détour de vieux bâtiments, nous voici arrivés en bas du col de la Madeleine (la cote qui monte jusqu’au château de la Madeleine) qui est plus facile à négocier avec son revêtement en dur. J’ai des souvenirs d’épingles dures a négocier entre la pente, les gravillons et la négociation du virage. On se dit que c’est fini, bientôt l’arrivée ... et bien non ! on repart une dernière fois dans la campagne. Suit une belle montée en partie dans le sable, on entend que ca râle dans les rangs, certains sont déjà bien fatigués ... une dernière descente, rapide, avec des virages relevés, des bosses ... et nous voici à l’arrivée.

Au final nous bouclons les 72km en 5h16 (avec les pauses ravitos, photos et « réunions tupperware »).

Retour à St Remy où nous dégustons nos sandwiches en discutant avec les Parisiens, un petit tour sur le salon pour voir les titanes Altira et direction la maison parce qu’il est tard ..."

Merci à Sylvain de Véloxygéne, Kapper de Veloptimal et Antoine (pour sa patience).

Texte et photos : Rodge

(*) Frappés, ou Frappadingues : groupe de vététistes parisiens, voir leur site







Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013