Accueil > Magazine > Compte-rendus

  L’enduro du Semnoz 2010


(11/06/2010)

Francky, abonné aux Enduro Series, s’est essayé sur l’enduro du Semnoz. Voici son compte rendu avec de belles tranches de single technique.

Retour au Semnoz en 2010, après l’annulation de l’évènement l’année dernière.

Pour cette nouvelle édition, les organisateurs ont changé la formule pour se rapprocher du format enduro (plusieurs spéciales avec liaisons) plutôt que du format de descente marathon. La compétition se fera sur 2 descentes, une le matin et une l’après-midi, chacune découpée en 3 spéciales. 2 courtes d’environ 7 minutes et 1 longue de 20 minutes.

A cause d’une programmation tardive, et, sans doute, de l’annulation de l’année dernière, nous ne sommes que 80 à prendre le départ. La météo est idéale, il fait beau et le terrain est sec, la rosée du matin que l’on pouvait craindre sur les pierres s’est évaporée avant le départ des premiers. Les concurrents s’élanceront toutes les minutes par vague de 5. Ce qui risque de donner de belles bagarres si des vagues sont de niveau homogène.

La première spéciale démarre sur une large piste, en descente puis un peu de pédalage avant de prendre un single qui devient assez cassant. Nous empruntons le GR et cette première spéciale est de loin la plus technique, un long passage assez délicat où il faut réussir à garder un minimum de vitesse et ne pas sortir du chemin. Je ferai ma première erreur en bas de cette spéciale, petite chute sans gravité mais qui me fait décrocher du concurrent que je suivais. On retombe sur une piste avant de descendre une grosse marche assez impressionnante mais qui se passe sans difficulté. Cette spéciale se termine sur piste caillouteuse.

La liaison emprunte un bout de piste et un passage très trialisant qui était au programme sur les éditions précédentes. Sûr que ce passage là, en course, aurait fait des dégâts au niveau du chrono.

La deuxième spéciale est, elle aussi, bien piégeuse, avec de beaux passages techniques mais moins cassante que la première. Je me fais bien mal en ratant la bonne trajectoire après une marche où la visibilité est un peu réduite. Je remonte sur le vélo en serrant les dents et en compensant mon cintre qui a tourné légèrement dans la chute. La suite n’est que du singletrack avec un beau final.

La dernière spéciale est, quant à elle, beaucoup plus roulante, bien physique aussi avec plusieurs raidillons dans la première partie qu’il faut passer en force sur le 36 pour ne pas perdre de temps. L’effort est violent. Le parcours est vraiment magnifique, du single varié, ludique, des grandes relances et des passages très rapides sur le final.


Petit checkup en bas, côte fêlée. Le départ cet après-midi risque d’être douloureux. On se restaure au ravitaillement ou tout le monde échange ses impressions et raconte sa course. L’ambiance est très conviviale et le tracé fait l’unanimité : TOP !

En début d’après-midi, la remontée en bus est l’occasion de faire une sieste pour tout le monde. La chaleur et la digestion aidant, il n’y a pas un bruit. Arrivés là haut, le timing est un peu moins serré et les premiers ont le temps d’aller s’échauffer. Quelques tours de roues ne font pas de mal pour se réveiller. Nous ne sommes plus que trois sur notre ligne de départ. Je rate le mien et je n’arrive pas à clipser avant la première remontée. Le reste de la course ne se passera pas trop mal avec quelques petites fautes mais avec une large banane pour la grande qualité du parcours. Très varié, du technique, du physique, un enduro nouvelle formule qui a séduit tous les participants et qui mériterait de faire le plein pour l’année prochaine.

Le parcours tracé par l’équipe au Semnoz a visiblement fait l’unanimité parmi les pilotes.

A la clé une seconde place en Master2 pour Francky (nommé Franck Bouvier dans le classement ...), malgré une cote fêlée ! Bravo !!!



Auteur - Carbone




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013