Accueil > Magazine > Compte-rendus

  Salon Expodium sur Roues de Montréal 2003


(25/03/2003)

<REP|SITE/2003/expodium>

Expodium


Les 7, 8 et 9 mars derniers se tenait à Montréal le 1er Salon du vélo Expodium sur roues

Celui-ci visait
initialement à rassembler les cyclistes, les patineurs sur roues et les planchistes en un seul
événement dédié à l’ensemble des sports « sur roues ». Comme une partie non-négligeable de ce
salon devait nécessairement être consacrée au vélo de montagne (ou VTT pour ceux qui n’ont jamais
mis les pieds au Québec), VTTnet était présent sur les lieux.


Première constatation en entrant au Salon : le vélo prend toute la place. Les patins à
roues alignées (rollers en ligne) et les planches à roulettes (Skateboard) sont totalement absents, il n’y
a même pas un kiosque qui leur est consacré. Le seul élément qui permet de se rappeler le concept publicisé sont les rampes de démonstration où quelques jeunes effectuent des
sauts à des intervalles de 2 ou 3 heures. L’idée initiale semble donc avoir été abandonnée
en cours de route et Expodium s’est transformé en un salon du vélo pur et dur. Cette
décision s’explique probablement par la faiblesse des industries québécoise du patin à
roues alignées et de la planche à roulettes en comparaison de celle du vélo. Aujourd’hui,
plus de 900 000 vélos sont fabriqués au Québec chaque année par environ 1 500 employés.
De plus, le vélo est sans conteste l’une des activités physiques les plus populaires au
Québec. Il est donc normal que cette industrie cherche à s’afficher par le biais d’un
événement bien à elle.


Et effectivement, les entreprises
québécoises étaient partout au Salon Expodium. Les kiosques d’Action Vélo Plus,
Pro Cycle et Multi-Sports étaient les plus importants mais de nombreux
petits fabricants d’accessoires occupaient l’espace. Malheureusement, en ce qui concerne le vélo
de montagne, de gros noms était absents. Il semble difficile de comprendre pour quelles raisons
les Balfa, Devinci et Louis Garneau n’étaient pas sur place. De la même façon, la plupart des
gros joueurs canadiens manquaient à l’appel, mis à part Kona. La présence de Norco,
Rocky Mountain et Synchros aurait apporté un peu plus de sérieux à l’ensemble.


Malgré tout, le Salon Expodium fut l’occasion de découvrir quelques belles surprises. La
première fut la nouvelle gamme de vélos Oryx qui, graduellement,
augmente la qualité de ses produits. Bien que la majorité de leurs vélos vise toujours
une clientèle de masse, certains vélos, comme le Spit Fire, peuvent désormais se mesurer
aux grands. Ce cadre tout suspendu semble tout simplement indestructible. Il est vrai
que cela entraîne un poids de près de 3 kilos. Côté visuel, la courbe du tube de selle
apporte un design nouveau, bien que les accros de l’ajustement de leur selle seront
certainement mécontents. Enfin, les couleurs mates choisies pour la gamme 2003 rendent
tous ces vélos vraiment très attirants.


Une autre nouveauté présentée est le Notubes de l’entreprise Spaso Sports.
L’invention de Stan Koziatek permet de transformer les jantes et
les pneus traditionnels en un système « tubeless » à l’aide d’un fond de jante spécial qui
pèse 56 grammes. En ajoutant un scellant à l’intérieur du pneu, il devient également
possible de boucher les fuites au fur et à mesure de leur apparition. Avec plusieurs
dizaines de clous et de vis insérés dans un de ces pneus, la démonstration effectuée
était concluante. Il ne reste plus qu’à voir ce que tout cela vaut sur le terrain.


Même si cela n’a vraiment rien à voir avec le vélo de montagne, le vélo présenté par le

Groupe Go mérite que l’on s’y attarde. Cette entreprise provenant de la ville de Québec
a mis au point un vélo pliable. Des attaches rapide installées aux endroits stratégiques
permettent de plier toutes les pièces pour former un petit paquet pas plus gros qu’une
mallette et pesant 10.5 kilos. Évidemment le marché québécois est assez limité pour un
produit semblable, ce qui oblige l’entreprise à faire affaire au Japon, en Allemagne et
aux États-Unis. Ses fondateurs ne semblent pas vouloir s’arrêter là puisqu’ils tentent
maintenant d’intégrer toutes sortes d’innovations à leurs vélos, que ce soit des freins
à tambours ou le remplacement de la chaîne par une courroie.


D’un point de vue plus pratique, le salon Expodium donnait également l’occasion de
découvrir des destinations vacances à vélo. La route des vins de l’Estrie est bien
connue des montréalais qui arpentent en grand nombre les chemins des Cantons-de-l’Est en
s’arrêtant de vignoble en vignoble. La route des bleuets du Lac Saint-Jean, moins connue,
était également représentée. De la même façon, les régions du centre du Québec et de la
Mauricie étaient sur place pour vanter les mérites de leur coin de pays. Un organisateur de
voyage dans la région de Moab s’est même joint au groupe.


D’ailleurs, les organisateurs ont poussé encore plus loin l’aspect pratique du Salon en
mettant en place une piste d’essai destinée au public. Il était donc possible d’emprunter
les vélos des exposants afin de les tester soit-même. Cette initiative semble avoir été
très bien reçue et les visiteurs en ont profité pour essayer les nombreux vélos
non conventionnels présents sur place.

Finalement, comme dans tout salon intérieur qui se respecte, des démonstrations de trial
étaient planifiées à intervalles réguliers. Cette discipline, toujours peu connue au
Québec, semble avoir remporté beaucoup de succès vu la taille des attroupements au moment
des démonstrations.


Quelques Liens

Expodium
Oryx
Notubes.com


Texte et photos : Kiwi
Reagir à cet article : redaction@vtt.org
_



Auteur - Kiwilefruit




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013