Accueil > Magazine > Le cri du Single Track

  Marches pas dedans, ça porte malheur !!!


(26/12/2010)

"L’année 2010 se termine comme elle a commencé. C’est la crise... Pourtant le monde continue de piquer notre belle planète de mille et une aiguilles, enfoncées au plus profond de sa chair, pour lui sucer son sang noir. Avide de ce pétrole qui chaque jour se fait plus rare, totalement dépendante, tel le junky et son fix d’héroïne, l’humanité, ou du moins celle qui est du bon coté de la pauvreté, se gave et consomme. Les murs de nos villes, les haut-parleurs de nos radios, les pop-ups de nos surfs nous assomment de messages subliminaux. Un peu comme les affiches qui fleurissaient aux USA lors de la première guerre mondiale, où un oncle Sam incitait les jeunes hommes à s’engager ; I wants you for US Army ! Mais là c’est le consommateur qui est requis, afin de participer à la guerre économique. Achetez, consommez, soutenez votre (ou plutôt notre) économie !!!

Et le VTT n’échappe pas à la règle. Ouvrez un journal spécialisé et vous verrez des essais sur des engins de plus en plus élaborés, dans des matériaux de plus en plus chers, avec des composants ultra haut de gamme. On vous y parle de voyages VTT à l’autre bout de la terre, de spots de freeride-enduro-all moutain (ils ne savent plus quoi inventer...) ou chaque descente se fera parce qu’il y a une remontée mécanique ou pire un 4x4 voire un hélico ! C’est la crise mais on vous propose - on vous exhorte - à changer de matériel, pour un plus beau, plus léger, plus efficace et surtout plus cher... On trouve maintenant des vtt de XC à 7.000 € !!! On dirait que la folie consommatrice et dispendieuse des vendeurs de téléphones mobiles, obsolètes 10 minutes après leur acquisition, se répand sur le petit monde du VTT.

2011 aura sûrement la même teinte que 2010. D’ailleurs il est probable que, le pain blanc des 30 glorieuses mangé, il faille envisager de changer de régime pour les prochaines années, être moins dispendieux, plus attentif à nos modes de vie, à notre impact sur le monde. Plus que jamais, les vététistes, qui pratiquent leur sport dans la nature, doivent avoir à l’esprit ce vert qui est leur symbole.

Car finalement, qu’importe le vélo, pourvu que l’on garde cette ivresse de la liberté qu’offre le VTT. Inutile de rouler avec un vélo qui vaut 7 fois le salaire d’un smicard, pour tracer une belle ligne dans un single, pour pédaler la truffe au vent, se soûlant des parfums d’un sous-bois, s’imprimant l’explosion des verts du printemps dans les neurones. Pas la peine de céder aux sirènes de la consommation, pour faire mousser sa joie d’une “arsouille” entre copains -”T’attaquais toi ? Non même pas !”. Il n’est pas besoin d’être une fashion victim’ pour apprécier ces petites pépites de chaleur humaine, quand, crotté au sortir d’une virée humide, on se réchauffe la couenne et le cœur autour d’un vin chaud avec ses compagnons de sortie ou quand, dégoulinant de sueur, on se refait la descente et/ou le monde en dégustant une bière fraîche. Alors qu’importe que nos vtt ne soient pas le copié-collé des fantasmes des markéteux, notre joie de rouler ne dépend pas du montant de la facture, ni de la complexité de nos machines.

Souhaitons-nous donc de garder ce plaisir intact et, pour cette nouvelle année, faisons qu’il soit le plus léger possible pour notre petite planète bleue. Et pour paraphraser Desproges « Vététiste mon frère, ne marche pas dans la mode, ça porte malheur ! »"

AL


- Cette rubrique est la votre. Un fou rire ? Un coup de gueule ? Une idée à partager ? Proposez-nous vos textes et soyez publié sur VTTnet en utilisant le lien ci-dessous.



Auteur - vttnet




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013