Accueil > Magazine > Tests et essais

  TEST : Decathlon Rockrider 9.2.


(22/06/2003)

<REP|SITE/2003/dkt92>
Présente dans de nombreuses disciplines sportives, la marque Decathlon est l’une des enseignes
les plus connues dans l’univers du sport Français. C’est d’ailleurs dans le domaine du cycle
qu’elle a forgé le socle sur lequel elle a assis une solide réputation avant d’essaimer vers
d’autres sports. Par conséquent, l’annonce de la sortie d’un VTT innovant comme le Neuf est
forcément un événement qui intrigue beaucoup de monde.

Flashback

Mars 2001. VTTnet organise la Fagnet. Un séjour pour vttistes qui se déroule dans les Fagnes
belges. Invitée, toute l’équipe de développement cycle de Decathlon arrive de Lille et débarque
pour une journée de VTT. Mais ils ne sont pas venus les mains vides. Une bonne partie de la gamme
du constructeur est présente. Dans le lot on remarquera deux curieux VTT inconnus du catalogue.
Présentés par Alexandre Voisine, (le designer maison), comme un nouveau concept de suspension
arrière susceptible d’un éventuel développement, ces vélos au look très banal montrent toutefois
une curieuse excroissance sur l’arrière du boîtier de pédalier. Nous sommes invités à les essayer,
mais il nous est recommandé d’en parler peu et encore moins de les photographier. Il s’agissait des
premiers prototypes de ce qui deux ans plus tard serait mis sur le marché sous le nom de N.E.U.F.

C’est dire si après ce premier contact forcément discret, nous avions hâte de mesurer le chemin
parcouru entre ce premier prototype, et le produit fini. Et quel chemin, car entre ces deux vélos
le seul élément qui reste commun réside dans le principe de la suspension arrière.

Le look

Côté look, il n’y a pas a dire le NEUF ne laisse pas indifférent. L’ensemble est soigné. Le tube
diagonal ovalisé fleure bon la rigidité. Le mécanisme de la suspension arrière se fait discret, et
disparaît presque dans le pédalier. Cela donne un vélo à l’apparence sobre et légère. Seule la
grosse soudure qui fixe les deux pièces qui constituent le tube transversal à la pièce sur laquelle
est arrimé l’amortisseur, tel une verrue mal placée vient, un temps, rompre cet équilibre
harmonieux. En tous cas ce vélo relègue aux oubliettes l’ancienne série 9 abondamment munie de
renforts en tous genres qui avaient valu au vélo le sobriquet peu flatteur de tour Eiffel.

La finition est soignée. La décoration noire du 9.2 est très réussie et les stickers rehaussent
de petites touches colorées l’allure discrète de l’ensemble constitué de nuances de noir et de
gris. Les gaines de câbles sont toutes protégées des zones de frottement au moyen de petits tubes
de mousse. C’est bien vu. Reste qu’il conviendra de rester vigilant car sur notre vélo de test la
gaine du frein avant frottait sur le té de fourche et au bout de deux jours l’abrasion avait fait
son oeuvre et en avait entamé profondément le métal. Toutefois ce problème n’est pas général et
semblait spécifique au montage particulier de notre vélo.

La suspension arrière

La spécificité du neuf, ce qui le rend innovant, c’est le concept original de sa suspension
arrière. Le pivot de la biellette principale est lui-même placé dans un excentrique situé juste à
l’arrière du pédalier. Lorsque la suspension travaille l’excentrique déplace ce point pivot sur un
arc de cercle. Ceci a pour effet de créer ce que l’on appelle un pivot virtuel. Lors des
sollicitations, ce système déplace la roue verticalement alors que dans une suspension classique ce
déplacement suit plutôt un arc de cercle. L’empattement du vélo reste donc constant, et influe
favorablement sur le comportement du vélo. Mais la principale vertu du dispositif est de rendre la
suspension arrière insensible au pédalage tout en restant active en permanence.

En selle

La position sur le Decathlon reste typique de la marque. Le buste est plutôt redressé, la position
est naturelle et confortable. C’est une position de randonneur qui met immédiatement en confiance.
Le cintre relevé, la potence courte, et les pneus de grosse section confirment d’ailleurs la
vocation du vélo. Même si le look du cadre le laisse penser, nous ne sommes pas en présence d’un
vélo de cross-country, mais plutôt d’un randonneur fait pour les terrains cassants. Ce que le
marketing en mal de nouveaux vocables qualifie de « all around ». Bref un vélo à tout faire.

Au premier abord, les freins à disque Avid à tirage par câble inquiètent. D’autant que ce sont
leurs premiers tours de roue et qu’ils ont besoin d’être rôdés. Non seulement rodés, mais aussi
régulièrement resserrés. Logique vu qu’il s’agissait des premiers kilomètres de ce vélo, mais
embarrassant en randonnée lorsqu’il s’agit d’une visserie Torx et que l’on a pas emportés les
outils qui conviennent. Il leur faudra quelques heures de randonnée avant de donner tout leur
potentiel. Et quel potentiel. Tantôt jugés brutaux, tantôt progressifs, ils font toutefois
l’unanimité sur leur puissance. On pourra juste leur reprocher un petit manque d’endurance sur les
très longs freinages.

Une des qualités des vélos de la marque Decathlon, c’est la stabilité. Le NEUF respecte
pleinement cette caractéristique. En descente il s’avère très sécurisant, et l’on dévale les pentes
en toute confiance. Dans ce domaine, le Neuf mérite pleinement le qualificatif de rail. Le revers
c’est que cette géométrie rend la direction un peu lourde à manoeuvrer à basse vitesse. Pourtant le
Neuf reste agile dans les sections trialisantes ou il s’avère joueur. A tel point même que durant
la petite séance de trial bricolée durant le séjour que nous organisions dans le Dauphiné, certains
participants ont préféré délaisser leur monture habituelle pour s’y engager au guidon du Neuf.

La révélation vient évidemment de la suspension arrière. Le
principe du pivot virtuel tel qu’il est mis en oeuvre sur le Neuf est tout bonnement fabuleux.
Malgré des coups de pédales puissants, la suspension arrière ne bouge pas. On se surprend même à
relancer en danseuse comme sur un semi-rigide. Pourtant la suspension reste parfaitement disponible
pour réagir au relief. C’est réellement bluffant. L’amortisseur Manitou QR peut être réglé en
détente comme en compression. En revanche, il ne comporte pas de mécanisme de blocage devenu
inutile vu l’insensibilité de la suspension au pédalage. C’est autant de gagné sur le prix de
revient du vélo.

Notre vélo de test n’était pas en tous points conforme à sa version de série. C’était une réaction de Decathlon à notre recherche du vélo idéal pour une participation à la Transvésubienne. Une course sur laquelle VTTnet sera fort présent cette année et pour laquelle il faut un VTT polyvalent et solidement armé pour encaisser de grosses descentes cassantes. C’est ainsi que, plutôt que d’une Manitou Black Air, le Neuf était équipé de son homologue à ressorts, et les roues chaussées de gros boudins de 2.3 pouces de section. Armé de la sorte, le Neuf était capable d’affronter n’importe quel coup dur. Par contre cela s’est payé chèrement au niveau du rendement qui s’est avéré très moyen. Equipé de composants plus light, le Decathlon devrait toutefois se transformer en un randonneur sportif convainquant.

Conclusions

Si ce n’est que nous n’avons pu évaluer le rendement dans de bonnes conditions, le Neuf se
positionne comme un vtt particulièrement polyvalent. C’est un bon randonneur, apte aux longues
heures de selle. Enfin sa suspension généreuse, sa stabilité, et son agilité lui permettent de
s’engager sur les terrains les plus variés. Troquant tout doucement sa réputation de suiveur pour
celle de précurseur, Decathlon est, avec ce vélo, occupé à nous démontrer une belle capacité
d’innovation.

Les points forts

- Suspension arrière
- Stabilité
- Prix

Les points faibles

- Lourdeur dans la direction
- Rendement

Fiche technique

- Cadre : N.E.U.F. Alu 7005 DB
- Fourche : Manitou Black Air 80/100mm
- Amortisseur : Manitou QR
- Shifters : Shimano Deore 9v
- Pédalier : Truvativ Firex Isis Drive
- Dérailleur Avant : Shimano Deore XT
- Dérailleurs Arrière : Shimano Deore XT
- Cassette : SRAM Esp 7.0 11x32
- Freins : Avid SD5/mech disk
- brake Jantes : Mavic X223 dsk
- Moyeux : DT X223 dsk
- Pneus : Schwalbe Jimmy/big Jim
- Pédales : Time Atac Allium

- Prix 1799,99 Euros

Quelques Liens

- Le site de Decathlon France



Auteur - Roudou




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013