Accueil > Magazine > Tests et essais

  Test : Magura Quake CP125


(25/07/2003)

<REP|SITE/2003/magura>


Test : Magura Quake CP125


Si pour la majorité des vttistes la marque allemande est surtout connue pour ses freins à disques et ses fameux HS33, beaucoup ignorent que depuis quelques années elle a racheté les néerlandais de chez Rond, fabricant de fourches et d’amortisseurs pour la moto et le vtt depuis bien longtemps. Cette marque s’était illustré brillamment en équipant le vélo de Bart Brentjens, médaille d’or aux JO d’Atlanta.
Magura propose une gamme très complète de fourches, allant des modèles de pur xc (Quake 85, 024U) à amortissement à air et débattement réduit, jusqu’aux grosses double té de descente que sont les Big et Mid Ego.


Pour cette saison, Magura nous propose de tester pendant plusieurs mois une Quake CP125. Avec sa construction "costaude" et son débattement réglable de 90 à 125mm, elle se positionne en concurrente directe des Rock Shox Psylo, Manitou Black, Marzocchi Z1 et, en plus haut de gamme, la Fox Talas.


Présentation


Les réglages sont nombreux et complets. La détente et la précontrainte sont réglables sur le haut du plongeur droit et la compression en-bas. De l’autre coté, la molette jaune facile à manipuler, permet de faire varier le débattement. Il faut compter 3 tours de molette, soit quelques secondes pour passer de 90 à 125mm. Diminuer le débattement en roulant est possible, pour l’augmenter mieux vaut s’arrêter.
La construction est toute germanique avec des molettes métalliques et des pièces usinées à la finition excellente. La Quake donne une réelle impression de solidité qu’on ne retrouve pas chez ses concurrentes aux molettes en plastiques et à la finition plutôt "cheap"
On sent que chaque détail a été minutieusement pensé, avec entres autres un guide vissé sur le plongeur pour faire passer proprement la durite de frein à disque et des pattes de fixations du moyeux démontable.
Le seul problème concerne les autocollants, trop faciles à rayer.


Premier bilan après 500km


A l’arrêt, la fourche parait relativement dure, les joints semblent frotter un peu. En revanche une fois en selle le comportement de la fourche est vraiment bon, elle est douce et absorbe aussi bien les petits chocs que les gros.
Avec le débattement réglé à 90mm, elle est assez ferme et peu réactive. L’idéal pour une pratique XC où l’on recherche avant tout le rendement. A partir de 100mm, elle revient dans son environnement et devient irréprochable.
En débattement maximum elle avale les pires obstacles et permet de passer à des vitesses impressionnantes dans les pierriers. Même montée sur un cadre rigide la position plus en arrière, plutôt gênante en montée, est terriblement efficace en descente.
Aucun souci non plus en ce qui concerne le montage de freins à disques. La rigidité est bien là et la fourche ne bronche pas, même sur des freinages appuyés..


Avis récoltés durant le Vosgesnet


Sebastien :

"Je fais 70 kg, j’ai personnellement une Judy SL sur un Lapierre Xcontrol que je trouve beaucoup trop souple et pas rigide du tout.
J’ai apprécié la simplicité d’utilisation de la Quake. Les réglages du débattement et de la précontrainte sont un jeu d’enfant et ça réagit tout de suite. En roulant, je l’ai trouvée très agréable. Elle amorti très bien les petits chocs (graviers, petits trous) et elle encaisse bien les gros (passage de marches, cailloux). Côté finition elle est plutôt pas mal, simple, discrète et esthétique. C’est certainement grâce au comportement très sain de cette fourche que j’ai réussi à franchir les premières épingles de ma vie (un bonheur). "

Pierre-Paul :

"Mon poids : 80Kg
Le vélo : je roule sur un GT Idrive 2001 avec une Manitou Black Elite.
En ce qui concerne la Quake, de façon générale je l’ai vraiment bien appréciée. C’est une fourche très rigide, ce que j’ai bien aimé, et elle n’est pas trop molle. En comparaison, ma Manitou s’écrase comme du beurre. Comme je roulais sur un semi-rigide, le mariage était parfait. Sur un tout suspendu, le mélange aurait probablement été moins satisfaisant, la Quake étant assez raide. Cependant côté confort, je n’ai rien à redire. Elle s’est faite oublier complètement, ce qui me semble être la meilleure qualité pour une fourche. En réglant le rebond pour qu’il soit rapide, les plongeurs reviennent à leur position sans que l’on s’en rende compte. Je n’ai ressenti aucun "kickback" excessif comme il m’arrive d’en ressentir avec ma Manitou. A part le rebond, je n’ai pas testé les réglages. La compression était réglée à mi-chemin. "


Conclusion


Les premiers essais s’avèrent donc plutôt enthousiasmants. La finition est un cran au-dessus de ses concurrentes et son fonctionnement est irréprochable. Sa rigidité saura séduire les pilotes les plus précis.
Nous n’avons eu aucun problème de fiabilité, mais comme pour la majorité des fourches, ceux-ci apparaissent après plusieurs mois d’utilisation. Rendez-vous donc après des tests à la Freeraid Classic et la Transmaurienne pour voir si elle n’a pas souffert de ces parcours exigeants pour le matériel.


Pour qui ?


Magura destine sa QuakeCP125 au freeride et à la randonnée. Il est vrai que son poids important (1,950kg) l’empêche de figurer sur un vélo de XC, mais elle est idéale pour une pratique enduro. Sa polyvalence lui permettra également d’être utilisée pour les descentes marathon et la randonnée en montagne. C’est un achat maître pour qui cherche une fourche originale mais aux qualités irréprochables. Proposée outre Rhin à 559Eur, son prix est raisonnable au regard de ses qualités.


Quelques Liens

- Le site du constructeur


Test et reportage : Stéphane ’Bizangoo’ Winter
Réagir à cet article : redaction@vtt.org
_



Auteur - Stéphane Winter




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013