Accueil > Magazine > Compte-rendus

  Rando : La Lyon Free VTT


(14/10/2003)

<REP|SITE/2003/lyonvtt>

La Lyon Free VTT

De grosses montées, des points de vues magnifiques, de belles descentes parfois techniques,
souvent ludiques, des marches, des épingles, des lacets, une piste de DH, une descente sous la
terre, des singles le long d’un fleuve, des tirages de bourre, un orchestre et plein de bonne
humeur, et le tout dans une seule et même virée VTT. Ne cherchez pas ce spot en montagne, ni même
dans une campagne quelconque. Ce truc est en ville. Parce que VTT cela veut dire
Vélo-Tout-Terrain.

Franchement c’est un peu une idée de " ouf " ce truc, genre délire after "Ninkasi" (La bière locale
- ndlr) ou après une " beaujolpaf-party ". Et pourtant les dudes de Lyon-VTT sont allés au bout et
ce dimanche 14 septembre on refusait du monde aux inscriptions !

Le principe était simple : proposer des circuits de VTT en ville, permettant de découvrir Lyon
sous un jour différent, le cul sur la selle et le mollet en éveil. Le terrain de jeu qu’offre la
ville pour la pratique du VTT n’est pas une découverte en soit, mais Lyon, la capitale des Gaules,
donnait une dimension différente à cette manifestation.

Etait-ce le soleil superbe ce jour là ou bien la communication bien
menée des organisateurs, toujours est-il que les abords du stade de Gerland, point de départ de
cette randonnée,

avaient des allures de soir de match de balle-au-pied. Tout ce que la planète VTT compte de
chapelles, de sectes, de tribus, avaient dépêché au moins un représentant sur place. Toutes les
pratiques étaient représentées, preuve que la ville est un grand terrain de jeu. A coté des
randonneurs assidus marqués des couleurs de leurs clubs, des familles en jogging, quelques pilotes
en intégraux et même un vieux monsieur en vélo de ville arborant une belle caisse en bois verni sur
son porte-bagages !

Les prévisions les plus optimistes des organisateurs portaient sur 4000 participants (une bonne
Free-raid) et c’est prés de 6000 personnes qui vont se présenter. Autant dire qu’il aura fallu une
bonne dose de sang-froid et d’imagination pour satisfaire le plus de personnes possibles.

Le départ avait lieu dans le nouveau parc de Gerland. Initialement prévu par vagues de 100,
c’est tout le paquet qui était lâché à l’assaut de Lugdunum. Dommage car rapidement le flot des
bikers c’est trouvé ralenti voire arrêté. Mais qu’importe, la bonne humeur générale, le temps et
surtout la découverte de la ville sous un autre angle ont permis de passer avec le sourire ces
petits bouchons qui n’avaient rien de Lyonnais (*).

Les premières difficultés vont fluidifier la progression. Un passage dans le Vieux Lyon (classé au
patrimoine de l’humanité) et voilà les mollets mis à rude épreuve. La montée du Gourdillon avec ses
pavés permet aux plus affûtés de s’exprimer. Les 1ers panoramas sur Lyon apparaissent. Les
commentaires des participants sont souvent admiratifs. Et oui Lyon ne se résume pas aux
embouteillages du tunnel de Fourvière et aux usines chimiques de Feysin, seules images de la ville
sur la route des vacances en été. Et voilà que l’on longe le théâtre antique. Fourvière cela vient
du forum que la colonie romaine avait construit là. Vététeux sache que sous tes crampons des
siècles d’histoire te contemplent ! Puis le parc du Rosaire offre une vue
qui "déchire grave". Cela tombe bien car la circulation est difficile sur les petites allées
encombrées de vététistes. On profite. Enfin un portage pour franchir quelques marches et les
participants arrivent aux pieds de la basilique Notre Dame de Fourvière. Ravito pour l’estomac et
le plus beau point de vue sur Lyon pour les souvenirs.

Après la pause, le parcours continuait sa progression sur le sommet de la colline par le très
beau Parc des Hauteurs. Un petit run sur Vaise avant de remonter sur le vélo par un escalier et
atteindre enfin le départ de la piste de la Sarra. La Sarra c’est une piste de DH au c ?ur même de
la ville. C’est là que l’Avalanche Cup y tient sa 1ere manche. Une piste de 1Km très typée Bmx sur
laquelle plane l’ombre des Vouilloz, Gracia, Amour et autres Camelini. Dommage pour les Lyonnais
elle reste interdite en dehors des épreuves. Un manque de courage de la part de la mairie de Lyon.
Regrettable. Mais pour ce jour, la Sarra est ouverte à tous. Chargée, édulcorée, elle est très fade
pour le vététiste aguerri. Mais nombres de pilotes occasionnels se feront plaisir à rouler dans les
relevés sur les traces de ceux qu’ils étaient venus applaudir quelques mois auparavant.

Le bas de la piste de la Sarra ne marque pas pour autant le bas de la
colline, loin s’en faut. C’est sur le vélo qu’il faut rejoindre les bords de Saône, quelques
237...marches plus bas ! La montée des Carmes Dechaussés offre une belle descente dans un escalier
digne de Montmartre que les plus courageux feront sur le vélo.

Une petite pause le long des quais et l’on attaque une belle montée. Le parcours traverse un
beau parc (Parc de la ceriseraie), puis par un joli single on atteint le bas de la colline. Une
souriante baliseuse nous indique la voie et nous gratifie d’un "bon courage pour la montée". Un
petit malin a bombé sur le sol des remarques quant à la dénivelée de l’endroit " Dur, très dur...
". Et c’est effectivement une belle grimpette où peu parviendront en haut sans poser le pied à
terre.

La suite est une succession de passages différents et variés. Une descente par la route, un
chemin en pleine ville, une montée par un espalier dans laquelle chacun s’interpelle pour se donner
du courage. Un flic sympa qui sécurise notre traversée et qui se fait gentiment chambrer sans qu’il
ne perde son sourire, des épingles dans un jardin botanique, un

amphithéâtre gallo-romain. Et enfin le sommet de la Croix-Rousse, autre colline mythique de Lyon,
celle de " gônes". Y descendre sera là aussi un grand plaisir, qui fera oublier le bouchon qu’il
faudra affronter pour atteindre le départ de la descente. Mais quelle descente ! : une grande ligne
droite, raide dans la pente, large d’à peine 2 mètres et dont la moitié est occupée par un escalier
des plus raides et l’autre par un caniveau. De quoi faire monter un peu l’adrénaline et lacher les
freins. Enfin après un détour par le parc de la Tête d’Or, les participants longent le Rhône,
tantôt sur les quais, tantôt par des chemins sur les berges où bronzent quelques maillots de bains
et les blondes créatures qui les habitent, avant de rejoindre le quartier de Bellecour où attendent
le ravitaillement et un orchestre.

Le temps de se reposer un peu, encore un peu de tourisme au travers du
quartier d’Ainay non sans être passé dans le célèbre parking des Célestins histoire de se tirer la
bourre dans l’hélice de la rampe d’accès plongeant 22m sous la terre ! Un grand moment ! Il est
enfin temps des dernières explications sur les quais du Rhône et c’est le dernier sprint avant
l’arrivée et le pique-nique géant.

Cette 1ere édition de la Lyon Free VTT fut une vraie réussite, même si, victime de son succès,
il y a eu quelques grincements de dents et imperfections. On nous avait promis de découvrir la
ville autrement et nous n’avons pas été déçus. Coté organisation, la gentillesse des baliseurs a
été unanimement reconnue : on peut leur tirer un grand coup de chapeau. Road book de qualité, avec
commentaires et ton convivial (à conserver pour une prochaine virée).

Tout aurait été parfait sans cette participation très importante qui a généré quelques couacs et
un peu d’attente sur les parcours. Le système d’inscription en ligne semble lui aussi ne pas avoir
été tout à fait à la hauteur. Coté ravitaillement une petite déception, car Lyon étant la capitale
de la gastronomie, on pouvait espérer un ravitaillement final couleur locale. Reste que l’on peut
être certain que l’équipe organisatrice saura tirer les conclusions pour la prochaine édition.

En définitive cette 1ere Lyon Free VTT fut un vrai moment de plaisir, une façon différente de
pratiquer notre sport, dans une ambiance conviviale et festive. Bref tous les ingrédients pour
faire de ce rendez-vous un incontournable. En tout cas nous on y retournera !

(*) Bouchon : nom donné aux restaurants traditionnels Lyonnais}

Quelques Liens

- Le reportage en images du journal Lyon Capitale
- Le site du club Lyon VTT


Reportage et photos : Roue librE Réagir, témoigner : redaction@vtt.org



Auteur - RouelibrE




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013