Accueil > Magazine > Compte-rendus

  L’enfant à l’école VTT


(4/09/1999)

<REP|SITE/1999/ecolevtt>


Ecole VTT

L’ECOLE VTT

Dès qu’une structure de club sportif se
met en place, une des premières préoccupations est de monter une organisation qui
permette d’éduquer les plus jeunes à la pratique de l’activité sportive. Autant
quelques adultes passionnés peuvent se suffire de se retrouver tous les dimanches matins
pour aller rouler dans la campagne environnante sans buts ni objectifs particuliers,
autant des enfants seront difficiles à motiver sur ce mode de fonctionnement.

Il faut alors mettre en place une école du
VTT, un programme varié, ludique et ponctué d’objectifs, qui permette d’intéresser les
jeunes et les inciter ensuite à pratiquer ce sport par eux-même.

L’encadrement

Avant de vouloir rassembler des enfants
autour de cette activité, il faut déjà disposer de personnes compétentes et
qualifiées au sein du club, qui auront, et le bagage pédagogique, et la motivation
nécessaires à l’encadrement de cette école.

Si le club est affilié à la FFC, celle-ci
a mis en place des Brevets Fédéraux qui permettent de former les éducateurs :

  • le BF1 est le premier niveau des Brevets Fédéraux : il forme les éducateurs de clubs, qui peuvent encadrer des jeunes jusqu’à la catégorie Minimes.
  • le BF2 est le deuxième niveau des Brevets Fédéraux : il forme les moniteurs, qui peuvent encadrer des équipes de clubs, des sélections départementales et éventuellement régionales.
  • enfin, le BF3 est le dernier niveau des Brevets Fédéraux : il mène à la fonction d’entraineur, qui peut ainsi encadrer des clubs nationaux et des sélections nationales.

Le BF ne permet pas à son titulaire
d’excercer une activité salarié basée sur l’encadrement d’activité cycliste. Seuls les
BE (Brevets d’Etat) permettent d’accéder à cette profession. Mais là n’est pas le sujet
de cet article.

La responsabilité d’un dirigeant de club
peut être engagée, si lors d’un entrainement avec des enfants, un éducateur non formé
et négligeant a mal estimé les risques, insuffisamment protégé les jeunes et
indirectement provoqué un accident. Il faut donc mettre en place un encadrement pour
cette école, composé de personnes motivées, responsables, passionnées, et titulaire de
préférence d’un Brevet Fédéral ou de tout autre Brevet d’Animation de jeunes (BAFA par
exemple), sachant que les premiers sont adaptés à la pratique du cyclisme et par
spécialisation du VTT.

On considère qu’il faut au minimum deux
enseignants pour 12 enfants, dont un, en position de serre file, qui assurera
l’homogénéité du groupe.

Les jeunes

A partir de quel âge peut-on envisager
d’initier les enfants à la pratique du VTT ? Dans de petites structures, il est
raisonnable de ne pas commencer avant 8 ans. Non pas que les enfants ne peuvent pas
pratiquer avant cet âge, mais c’est pour éviter une trop grande disparité d’âges que
ne saurait suivre l’encadrement : en effet, il faut adapter la pratique du VTT aux
capacités physiques et intellectuelles de l’enfant, ce qui nécessite de créer des
groupes lors des entrainements et de multiplier les programmes pédagogiques et les
encadrants. Un petit club ne pourra pas se permettre une telle variété et ne fera rien
de sérieux dans ces conditions. Néanmoins, on estime qu’un enfant est capable d’aborder
la pratique du VTT dès 4 ans.

Il faut donc varier le programme
pédagogique de l’école VTT en fonction de l’âge des enfants :

  • Moyenne à grande enfance  : l’enfant apprend en jouant. Ses activités devront être basées sur des jeux collectifs, et de courtes durées (séquences de 15mn maxi). Il cherche à imiter les grands, et l’identification aux "grands" du club, notamment les champions si il y en a, est très importante. Il a un gros besoin de sécurité et là l’encadrement devra être parfait. Sans être trop paternaliste, il faut rassurer l’enfant dans la pratique du sport, notamment au moment de la prise de risque aussi minime soit-elle et à fortiori si il y a chute.
  • Puberté : le jeune adolescent cherche son identité. C’est les premières incertitudes sur la voie qu’il souhaite se tracer dans le sport : X-Country, Descente ou Trial. Généralement il se donne sans compter. Si le jeune a mûri ses choix, on peut commencer à l’orienter vers une discipline pour qu’il la travaille. Mais il est important de bien canaliser ses efforts. C’est l’âge auquel il est bon de le confronter aux autres, en compétition.
  • Adolescence : Si le jeune pratique depuis quelques années, nous avons affaire à de jeunes athlètes auxquels on peut déjà proposer des plans d’entraînement adaptés à la discipline qu’ils ont choisis. A cette âge, ils sont généralement autonomes et ont déjà une idée très précise de leur progression sportive. Le rôle de l’encadrement devient un rôle de soutien.

L’environnement

Même si le VTT se pratique dehors, il faudra prévoir un
local pour diverses raisons :

  • Les jours de mauvais temps, l’activité extérieure peut être remplacée par de la mécanique, de l’orientation, du visionnage de cassettes video, ou divers exposés théoriques.
  • Le local sera aménagé de façon à ce qu’on y retrouve bien l’identité et l’activité du club : photos et historique du club, posters de champions aux murs, mini-atelier, etc...
  • La présence d’un local comme lieu de rendez-vous rassure les parents qui viennent confier leur enfant. Il faut que les séances soient régulières, au minimum 1 fois par semaine, toujours à la même heure, et que la durée des séances soit fixée et tenue.

Un règlement strict doit fixer les règles de
fonctionnement de l’école. Casque, gants et vélo en bon état de marche doivent
constituer la panoplie élémentaire du jeune. Mais on peut compléter du minimum requis
pour la réparation (chambre à air, démonte-pneus) et d’un système de classeur pour
recueillir à chaque séance une fiche de synthèse sur ce qui a été abordé lors de la
séance précédente.

Un programme

Il est important de définir un programme pédagogique pour
l’école VTT. Ce programme sera présenté annuellement, par exemple à l’assemblée
générale, puis plus particulièrement aux parents et aux jeunes. Un planning doit être
ensuite établi pour définir la progressivité des différents
points abordés, et fixer les étapes.

Le
programme doit être varié : le VTT est une discipline sportive
qui permet d’aborder de nombreuses activités, physiques mais aussi intellectuelles. Ainsi
on intègrera, outre la pratique des disciplines principales X-Country, Descente, Trial,
celles de l’Orientation et de la Mécanique.

Le programme doit être adapté au
niveau et à l’âge des enfants. Nous l’avons vu plus haut, pour les jeunes enfants, ce
programme sera essentiellement basé sur le jeu, tandis que des adolescents pourront
commencer un entrainement sportif sérieux.

Exemple de programme.

On pourra programmer chaque séance suivant par exemple le
tableau suivant :

Educateur Jean Paul         Date 03/03/98
Cycle Séance Objectifs Thèmes Lieu Durée Matériel, Excercices Commentaires Enfants
Séance 1 Initiation générale
Prise en main du
vélo
Position sur le vélo
Réglage
- hauteur de selle
- recul de selle
- hauteur de potence
Local 15’ fil à plomb
niveau à bulle
  Rémy
Pauline
Romain
Jean
Léa

De la même façon il est bon d’effectuer un suivi global.
A chaque séance on note la présence des enfants, les résultats obtenus, ce qui permet
ensuite d’attribuer, par exemple selon un système de bons points, des récompenses aux
jeunes les meilleurs, mais aussi les plus assidûs, les plus travailleurs, au vélo le
plus soigné et le plus propre, etc...

Des objectifs

Pour motiver le jeune, il faut ponctuer le cursus
d’objectifs. Par exemple avec des tests de capacité qui
récompenseront l’enfant au fur et à mesure de sa progression dans la technique VTT. La
FFC a mis en place un système de tests dont le suivi s’effectue sur un carnet individuel
et qui présente les étapes suivantes :

  • 1er, 2ème puis 3ème Rayon pour le tronc commun cyclisme
  • VTT de bronze, d’argent puis d’or pour la technique générale VTT
  • Crampons de bronze, d’argent puis d’or pour la technique spécifique X-Country
  • Guidons de bronze, d’argent puis d’or pour la technique spécifique Trial.

La compétition enfin est un moyen
d’inciter l’enfant à se mesurer lui-même et aux autres, à côtoyer d’autres clubs et
d’autres jeunes, et certaines manifestations comme le Trophée (Régional ou National) des
Jeunes Vététistes (TRJ ou TNJV) sont de véritables fêtes ou des dizaines d’enfants se
retrouvent dès 9 ans pour disputer des épreuves qui vont du X-Country à l’Orientation
en passant par la Descente et le Trial.

Bibliographie

LE VTT A L’ECOLE
par Denis VAYRE
Professeur d’éducation physique
Membre du VTT Pays de Luchon

Editions VIGOT
Collection Sport + Enseignement

@ Philippe
Baumel / Novaspot
© 1997




Auteur - Phil




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013