Accueil > Magazine > Le cri du Single Track

  Pantani meurt et le dopage passe...


(18/02/2004)

Dopage : Et ça continue encore et encore...

<REP|SITE/2004/crisingle>
On l’appelait "le pirate". A cause du bandana qu’il portait souvent. Crâne rasé, barbichette,
performances hors normes. Hors normes...c’est probablement cela qui à fait que Marco
Pantani est mort ce 14 février dans une chambre d’hôtel entouré d’une belle pharmacopée. Il
venait de fêter ses 34 ans.

Soupçonné de dopage aggravé le coureur Italien avait vu sa carrière se briser et depuis traînait
sa dépression de médecins en cliniques. Directement ou indirectement, pas besoin de lire dans
le marc de bourgogne ou dans la fiente de castor pour se dire que la petite sister Seringue
pourrait bien être à l’origine de cette fin médiocre et dramatique. Suicide, dépression, arrêt
cardiaque... ??? Et Virenque de déclarer que c’est l’acharnement qui l’a tué !!!

Mais de quel acharnement parle t’il ? Est-ce celui de la justice, celle qui a épinglé Festina et
qui rentre aujourd’hui dans le dur du système Cofidis ? Ou bien celui des journalistes, trop
friands d’événements médiatiques et qui ne feraient rien qu’à regarder dans la direction vers
laquelle on leur demande de ne pas voir ? Bien implantés dans les pelotons et les voitures
suiveuses les gratte-papier sont tout à coup devenus loquaces et cela c’est un crime de haute
trahison pour le microcosme des pros du vélo. Car on ne fera croire à personne que ces
Messieurs les envoyés spéciaux, intimes jusqu’à la salle de massage, ne savaient pas. Si, bien
sur qu’ils savaient, mais c’était total black-out. Mais maintenant il est de bon ton de cafter du
bout du stylo. Alors les tricheurs tendent un doigt accusateur vers la presse en hurlant "Pisse-
copie m’a tuer !".

Mais l’acharnement ne serait-il pas ailleurs ? Du coté des Docteurs Folamour et autres
Mabuse, les rois de la chimie sportive, mi-sorciers mi-dealers, faisant fructifier un bizness sur
le dos de la santé des coureurs, décidément trop naïfs, irresponsables ou aveugles, pour signer
un pacte avec le diable genre "ma place dans l’équipe ou sur le podium contre ma santé".
La damnation de Faust version cyclopédique ! Après le passage des juges exit l’EPO. Alors
on ressort les centrifugeuses, on transfuse à qui mieux-mieux et bien sur c’est toujours à
l’insu du plein gré de celui qui reçoit l’aiguille. Quelle comédie !

Pantani dans son malheur, n’a fait que suivre un jeune coureur mort il y a peu d’une crise
cardiaque dans sa chambre d’hôtel. Comme 5 autres coureurs pro’ en 2003. Ils devaient être
asthmatiques probablement...

Le VTT n’est encore que le parent pauvre du cyclisme. Mais là aussi il y est question
d’argent. Donc de dopage. Il n’y a qu’à écouter Jérôme Chiotti. Au-delà de la gigantesque
escroquerie que donne à voir le cyclisme, sport populaire s’il en est, c’est un peu de notre
société qui part en testicule. Car tant que l’on mettra dans le sport des valeurs, comme le
respect de soi, des autres, de l’effort, du dépassement, valeurs applicables dans la vie et
données en exemple, les pervertir par le dopage se sera induire le mensonge, la tricherie et le
non-respect des autres comme valeurs de vie. C’est là que le dopage fait mal au plus grand
nombre.

Marco Pantani vient de partir pour sa dernière ascension. Quelles qu’en soient les raisons et
les causes, il n’en reste pas moins que cette disparition porte en elle tout le poids d’un
symbole, celui du dopage et de ses ravages. Et tant qu’il existera dans le cyclisme ce cancer et
des irresponsables pour l’entretenir, des hommes tomberont pour un peu d’argent et une gloire
éphémère.

Michel Audiard disait " Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît".
Triste vérité.

Quelques Liens

- Un site utile sur le sujet



Auteur - RouelibrE




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013