Accueil > Magazine > Compte-rendus > Randonets

  DHnet 2003 épisode 2


(11/03/2004)

<REP|SITE/2004/dhnet03>

Résumé de l’épisode précédent : En juillet 2003 une 20aine de passionnés se retrouvaient à
Morzine, pour la 4eme édition du Dhnet. 3 jours pleins, pour découvrir et pratiquer le VTT
’autrement’, dans un des plus beaux domaines vtt de France, le domaine des Portes du Soleil. Si le
1er jour s’était écrit sous le signe de la rando, du free-ride et de l’émotion, la suite du
programme était là pour justifier le DH Du mot DHnet.

Chapitre 2 : A donf.... !!!

Notre camarade Thor a beau prétendre que le Dhnet n’est pas le Dhnet sans la pluie, personne ne
regrette le soleil de ce matin là. Il fait déjà chaud et les organismes sont bien entamés par la
veille. Aujourd’hui c’est la journée DH. Au programme une visite des 3 pistes de descentes
permanentes du secteur, celles des Gets et celle de Morzine. Une première découverte de cette
discipline pour les certains.

Nous avons un peu plus de peine à nous mettre en route que la veille. Il faut préparer les VTT pour
une pratique inhabituelle. Enfin en milieu de matinée les 1ers arrivent au sommet des Chavannes.

La piste permanente de Chavannes est classée bleu. Elle est la plus facile des 3 pistes du secteur.
Malheureusement la canicule qui sévit depuis plusieurs semaines la rendue dure comme du béton. Les
zones de freinage sont de la véritable tôle ondulée, et la dégradation de la piste est générale.
Seul le final par la piste de 4X de la Boule de Gomme est ludique. Mais c’est un bon échauffement.
C’est le cas de le dire car il devient pénible de supporter le maillot, la tenue de tortue-ninja et
le casque intégral. Et les cabines surchauffées par un soleil caniculaire n’arrangent rien. Après
quelques runs, et devant le bon comportement des participants dont c’est le baptême de DH, les GO’s
décident de passer sur le versant du Mont Cherry.

La piste du Mont Cherry est une piste rouge. Une première partie typée bmx avec des beaux relevés,
des petites tables et quelques petites doubles, le tout sur un terrain sec mais friable et assurant
un bon grip. Seuls quelques passages en racines tabassent et secouent les pilotes. On peut se
permettre de tourner uniquement sur cette zone grâce à un télésiège à mi-parcours. La 2eme partie
est plus typée DH et tire son intérêt de la pente. Régulièrement cette zone, plus rapide, est
émaillée de beaux coups de c ?ur, des murs plus ou moins longs, alternant avec des passages vifs
avec marches, racines, petits relevés, avant un final dans un toboggan, toujours impressionnant. La
pente dans cette zone est telle, qu’il est plus simple de la franchir sur le vélo qu’à pied !

La vue au sommet est magnifique. Le Mont Blanc nous fait un festival de
blanc et de bleu. Nous restons à jouir de la vue, et les appareils photo sortent des sacs. Mais il
est temps de faire parler la poudre. Déjà les habitués arsouillent aux avant postes. D’autres plus
prudent reconnaissent le terrain avant d’oublier les freins lors des runs suivants. On se met
amicalement la pression. La piste, uniquement réservée aux vtt, permet de se lâcher sans la crainte
d’un obstacle. Des petits groupes de niveaux se forment naturellement et on remet le couvert
plusieurs fois sur le haut de la piste.

Enfin il nous faut penser au déjeuner. Les GO’s donnent le signal du retour à la station. Il faut
donc affronter le reste de la piste. Le 1er mur, qui arrive brutalement
au sortir d’un petit virage, arrache plus d’un cri. Mais personne ne refuse l’obstacle et nombreux
seront ceux qui diront : " Je l’ai fait !". Enfin c’est le moment de vérité sur le dernier mur.
Chacun apréhende la difficulté en fonction de son niveau et de son matériel. Les uns se jettent
sans réfléchir dans la pente, d’autres mesurent la difficulté avant de s’élancer le cul sur la roue
arrière, les freins en alerte et les méninges napalmisées à l’adrénaline.

A l’arrivée en bas Laurent notre hôte nous attend avec sa camionnette et le ravitaillement. Pouét
se jette à ses pieds tandis que Laurent lui déverse une bonne rasade de vin blanc directement dans
le gosier !! Ce petit apéro improvisé terminé tout le monde cherche de l’ombre pour le repas.
Encore une fois il fait très chaud, pourtant nous sommes à 1000 mètres d’altitude !

En début d’après midi un groupe part reconnaître le parcours de la coupe du monde. La piste,
théâtre des compétitions internationales n’est pas entretenu en dehors des courses. Le reste de la
troupe s’offre quelques runs supplémentaires sur la piste du Mont Chéry.

Quand tout le monde se regroupe enfin en bas, la fatigue se lit sur les visages. Et qui a dit que
la descente c’est de tout repos ?? Pour certain il est temps d’arrêter. Forcer c’est prendre le
risque d’un accident. Les autres partent découvrir la piste de Morzine.

Plus technique, la piste de Morzine est variée et très différente de celle des Gets. Là encore
chacun se fait plaisir. Francky, toujours à fond, attaque dés le 1er tour. Arrivée au mythique
toboggan il oblique soudainement dans le bois à gauche...Une variante a été ouverte. Une sorte de
half-pipe qui tire direct dans la pente. Le cri de joie qu’il pousse au sortir de la zone en dit
long sur les impressions que procurent cette nouvelle variante.

Les pilotes tournent sur la piste, mais petit à petit le rythme ralenti. La fatigue est là. Il est
temps d’arrêter. Au gîte l’ambiance est à la bonne humeur, et la terrasse se rempli d’une bande de
joyeux bikers, mimant avec force gestes, leurs exploits. On dirait des pilotes de chasse
expliquant un combat aérien. Les spécialités houblonnées Belges (mais aussi Savoyardes) sont à là
pour étancher les soifs.

Encore une fois Laurent, le très sympathique Boss du gîte, avait goupillé un de ses petits plus
dont il a le secret pour régaler ses hôtes. Ce soir là il nous avait préparé une grillades party
qui s’est terminée tard dans la soirée, avec intronisation et contest de gobage de Flanby. De quoi
clore dans la bonne humeur cette belle journée.

Chapitre 3 : Suite, contest, et bye bye Morzine.

On ne peut pas dire que la motivation est à son comble ce 3eme jour. La fatigue est là, accentuée
par la chaleur de ce mois de juillet décidément très chaud.

Aujourd’hui programme allégé pour terminer ce séjour, et notre petite troupe se retrouve sur le
sommet du Plénay . Pause myrtille le long des chemins. On touriste à mort ce matin là. Mais Tom2,
notre guide du jour, a inscrit au programme de cette matinée un Dhnet 02 revival. En effet lors de
notre précédente visite du lieu en 2002, la pluie avait gâché largement un beau chemin, qu’il nous
faut revisiter. Depuis, manifestement d’autres que nous l’ont trouvé et l’endroit est largement
marqué par les vtt.

Sous la frondaison la chaleur vire à l’ambiance tropicale. Thor et Rouelibre nous font un petit
coup de chaleur. Ils traînent aux arrières tandis que devant on se mesure à la pente. L’endroit est
très technique et présente tout ce qu’un vététiste doit savoir ; Epingles, pente, racines, dévers,
marches, etc...Chaque obstacle est l’occasion de se confronter. Petit défis amicaux, franchissement
sous les encouragements des copains. Finalement on arrive enfin en bas, la pente est vaincue, non
sans mal.

Il nous faut remonter sur l’autre versant. Télécabine, bus pour les uns, montée en vtt pour les
plus courageux et nous nous regroupons au col de la Jou Verte. Nous reprenons le même chemin que le
1er jour, sans que nous sachions vraiment où nos GO’s nous emmènent.

Lorsque notre groupe arrive aux Lindarets, nous avons la surprise de
retrouver Laurent et toute son équipe, de grandes tables dressées dans la prairie, tandis que des
bières rafraîchissent dans le ruisseau et que fument les barbecues. La surprise est totale ! Ce
pique- nique montagnard est un moment de détente que chacun goutte et la bonne humeur est générale,
surtout que les filles et les blessés nous rejoignent. On s’attarde. Aujourd’hui c’est vacances !
Une photo de groupe et il est temps de reprendre la dernière remontée mécanique du séjour pour
rejoindre Rustine, l’école de VTT d’Avoriaz.

On se scinde en 2. Un groupe va aller apprendre les subtilités du manual
et les passages " clean " de bosses sur la piste de Rustine, tandis que l’autre groupe va aller se
mesurer au chrono sur la piste de dual pour une petit contest DH.

Les concurrents se succèdent. Les temps se resserrent. Sur la piste de Rustine on ressasse les
gestes, et en fin de cession on s’amuse à sauter et à franchir les relevés. Pierre est
impressionnant à ce petit jeu. Son passé de Bmxeur est bien là. Puis on change les groupes. Les
pointures se renseignent des meilleurs temps. C’est reparti ! Les temps tombent, et le podium se
dessine. Le dernier passage terminé il est grand temps de rentrer car pour beaucoup il faut penser
au retour et à la route.

Mais il reste encore 800 mètres de dénivelé à vaincre. Un long single longeant la falaise d’Avoriaz
pour se terminer par la descente des bois Venant. Une dernière occasion de faire parler le talent.
Guido a décidé de franchir toutes les épingles même les plus chaudes. Il sera d’ailleurs le seul
avec Francky à tenter et réussir certaines. Une partie des bois Venant offre un visage défiguré par
les engins forestiers et le single technique n’est plus qu’une fadasse piste dans laquelle Pab y
laisse son dérailleur, dernière victime de nos mauvais traitements.

Lorsque nous retrouvons le groupe après la réparation, auprès d’une petite fontaine pissant un
vague filet pour cause de sécheresse, il ne nous reste plus qu’à clore ce Dhnet par quelques coups
de pédales pour rejoindre le gîte. Dernières bières, premiers adieux. Le parking se vide
petit à petit. Certains prolongeront encore un peu ce séjour par un
restaurant, tandis que les plus éloignés seront déjà loin.

En 2003 il a fait chaud et beau. Le domaine des Portes du Soleil a parfaitement mérité son nom. 3
jours qui ont montré tout le potentiel de l’endroit, tant pour les randos freeride que pour la
pratique de la descente. Mais tout cela n’aurait rien été si 28 fondus n’y avaient pas mis toute
leur bonne humeur.

En 2004 nous quitterons Morzine, pour d’autres cieux. Toujours en montagne. Toujours avec la même
idée : partager une belle tranche de " moutain bike ". Mais promis nous reviendrons en septembre
dans les Portes du Soleil, aux Gets très exactement, Championnats du Monde de VTT obligent !

Remerciements :

Super spécial casque bas à Laurent et toute l’équipe du Chalet des Combes, pour leur accueil et
tous ces petits plus . Sans eux rien n’aurait été possible. Merci, merci, merci...

Aux Portes du Soleil partenaire de VTTnet dans l’organisation de notre séjour et le transport
de tous les joyeux bikers. Spécial dédicace à Nath’

A l’équipe de Rustine, Laurent et Guillaume, pour leur patience et leurs conseils.

A notre partenaire Loisirs VTT, pour le prét de matériel.

A Aldo et Panoche, qui auront sacrifié leur journée pour jouer aux secouristes. Merci les gars,
et séance de rattrapage en exclu rien que pour vous cet été. Thank’s tout plein à Hugo aussi pour
être venu récupérer l’équipe de secours coincée à Châtel.

Super clap clap à Véro, Mme Tom2, qui a organisé et animé toutes les journées des acompagnants.
Un très très grand merci à elle qui nous a offert son temps et prêté son homme.

Et enfin merci de leur patience et de leur gentillesse aux épouses qui ont du supporter nos
élucubrations pendant ces 3 jours.}

Quelques Liens

[- Lire ou relire le Chapitre #1]
- La galerie images de Steph Wasson
- La galerie images de Rouelibre
- La galerie images de Man’
- le site du chalet des Combes notre gîte
- le site des
Portes du Soleil

[- L’école de VTT Rustine ]


Compte-rendu et photos : RL



Auteur - RouelibrE




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013