Accueil > Magazine > Tests et essais

  Lapierre 432 Blue FR


(28/09/2004)

<REP|SITE/2004/blue>

Test : Lapierre 432 Blue FR

Lapierre a fait depuis peu une entrée remarquée dans le free-ride et l’enduro en étoffant sa
gamme 2004 de modèles bien typés. D’un coté, la marque dijonnaise propose une déclinaison fort
réussie du Xcontrol en enduro ou free-ride léger, le Xride (voir le test dans VTTnet). De l’autre,
c’est en association avec Nicolas Vouilloz que Lapierre propose une gamme allant de l’enduro engagé
à la descente en passant par le free-ride. La gamme Vprocess tient donc la partie "pratiques
engagées" dans la collection Lapierre, une gamme qui s’écrit en bleu, noir et rouge.

Blue for you...

Les Lapierre Vprocess se distinguent des
Xride par des cadres originaux plus massifs et

renforcés et une géométrie différente. La gamme se décline en 3 couleurs. Le Red Lite 444 en est la
version light et est annoncé comme un enduro, ce qui a probablement fagocité un brin la gamme Xride
annoncée pour le même programme. Le Black FRX 442 est le modèle ultime, destiné aux pilotes
exigeants qui souhaitent le meilleur pour des pratiques très engagées. Il est complété par le Black
DH qui est spécialement préparé pour la descente.

Au milieu de ces 2 modèles le Blue. Celui-ci
présente le même cadre, seuls changent les composants. Réellement inscrit dans un programme
free-ride il reste plus sage au niveau tarif. C’est donc ce modèle que nous avons pu tester en
longue durée.

Les conditions du test.

Pas question pour ce test de jouer la polyvalence. Le Blue est un vtt de
free- ride, il fallait donc le tester sur des terrains de jeu spécialement conçus pour ce type de
machine. Nous avons retenu pour commencer la Savoie, et plus précisément les massifs qui entourent
Chambéry. Du trou de Chignin, au mont St Michel en passant par un champ de bosses, rien n’a été

épargné au vélo pendant 3 jours. Puis le Blue s’en est allé du coté du Bugey. Ce massif entre Ain
et Savoie est mal connu et pourtant les belles pentes bien cassantes qui s’y trouvent n’ont rien à
envier aux Alpes toutes proches. En prime l’endroit offre de beaux parcours où tester les montées
d’approches et même le portage. Retour dans les Alpes sur le Mont St Eynard et le massif de la
Chartreuse, afin de tester l’engin dans les épingles. Enfin quoi de mieux que d’aller essayer un
vélo aux chants des cigales ? Le Ventoux nous a offert ses flancs afin de vérifier les capacités du
Blue en terrain technique et cassant puis en runs rapides sur les traces de la Deval’bike.

Les testeurs

Une fois encore nous avons voulu soumettre le Blue à l’avis de pilotes
différents mais tous affichant une pratique allant de l’enduro au free-ride et à la compétition.

Pierre-Alexandre : C’est le Belge de l’étape mais n’allez pas
croire qu’il n’était pas désigné pour ce test. C’est un vététiste complet, crosseur à ses heures ne
détestant pas les raids longues distances, il participe au championnat de Belgique de Dual et à des
épreuves de descente. C’est le plus aérien de nos testeurs. Il roule habituellement sur un Ellworth
Truth ou un Mute montage perso.

Franck : Ce savoyard d’adoption a
la religion de la vitesse. Adepte des courses marathons et autres "maxis" il ne dédaigne pas
participer à des raids multisports par équipe. Il aime la confrontation avec le terrain et la
compétition et joue très souvent de la carte IGN pour trouver le single ultime à gravir puis
dévaler gaz ouverts. Il prend actuellement en mains son tout nouveau Proceed, et randonne à ses
heures sur un Cannondale 1/2 rigide.

vspace="10" hspace="10" border="0"> Emmanuel : Ce Grenoblois vit entouré de montagnes. Forcément
cela déteint. Hiver comme été il aime l’altitude. Toujours à la recherche d’un nouveau chemin il
n’aime rien de mieux que la trace parfaite. Plus que la vitesse, il recherche la beauté du geste,
vaincre la pente, l’obstacle, l ’épingle ou les trois à la fois. Dans son genre c’est un artiste
qui cherche à dessiner la trajectoire parfaite avec son Marin ou ses Bandits.

Frédéric : Même s’il aime à randoner paisiblement sur son Rocky Moutain
semi-rigide, l’été le pousse immancablement, lui et son Orange Patriot, vers la montagne. Il adore
arsouiller sur les pistes de descente. Pour lui la pente se conjugue avec vitesse que ce soit sur
une piste préparée ou en terrain naturel. Toujours à fond bien sur.

SRC="/2004/blue/img12.JPG" ALIGN="left" vspace="10" hspace="10" border="0"> Aldo : Venu du sport
co., il a vite prit fait et cause pour le vélo à grosses roues. Après une période de découverte il
s’est monté un Gzéro Fx1 histoire d’arsouiller dans son Dauphiné où d’aller taquiner les pentes
alpines et mettre la pression à ses potes. Son pilotage est à l’image de son caractère : très
généreux.

Jean-Marc : Cet ancien enduriste a un jour vendu sa moto
contre un Rocky Moutain Element. Son expérience de la moto lui confére un sens de la trajectoire et
du franchissement bien trempé. Il ne se départit que rarement de son calme mais ne vous y trompez
pas, dans les arsouilles il est toujours dans votre roue quand ce n’est pas devant. Mécanicien et
testeur de métier il était tout désigné pour ce test.

Examen statique

La silhouette du Lapierre est des plus sympathique, fluide et agressive. On retrouve dans le
triangle avant un air de famille avec les tous premiers Vprocess. Le gros tube inférieur affiche
clairement la couleur et donne confiance. Le tube supérieur, très slooping permet au pilote de
bouger sur le vélo facilement. L’amortisseur s’ancre sous celui-ci et passe entre les 2 montants
qui relient les 2 tubes. Le puit de selle est relié au cadre par une belle pièce formée de feuilles
d’alu soudées. Le tout forme un ensemble plutôt réussi et homogène qui, s’il n’atteind pas la
qualité de certaines productions, reste d’excelente facture.

Le bras oscillant participe à la
fluidité de la ligne du Blue FR. De type assymétrique il n’est pas sans rappeler au premier abord
celui des Scott Gzéro et Strike. L’ancrage sur le triangle avant se fait en avant de la boite de
pédalier pour limiter les effets de pompage et le travail d’assemblage et de renfort de cette zone
est tout simplement remarquable. On sent que l’on a retenu les leçons du passé chez Lapierre. Bien
entendu les roulements bien maousses sont étanches. Traité en alu poli, le bras ajoute encore au
look de l’ensemble.

Coté composants l’examen ne fait pas apparaître de faute de goût notable
et la qualité générale de ceux-ci ne prête pas à des critiques majeures. Pas de flonflons mais du
sobre et de l’éprouvé. Une transmission panachée Shimano et Sram avec un mix XT et LX. FSA se
taille la part belle pour le reste.

Pour suspendre l’ensemble on trouve à l’avant la très
bonne Marzocchi Z1 FR en 130mm montée sur une douille oversize et avec un jeu de direction intégré.
Une construction très cohérente avec le spad.

A l’arrière en revanche on trouve un matériel
peu courant puisqu’il s’agit d’un amortisseur Marzocchi Boss offrant une course de 190mm. Grâce à 3
points d’ancrage il permet d’offrir un débattement à la roue arrière de 125/138 et 150mm. L’ancrage
sur le cadre est lui aussi ajustable et permet d’affiner le réglage de la suspension arrière

Vrai bonne surprise à ce niveau de prix, les freins Formula DH de 205mm. En parfaite
adéquation avec le programme du spad ils transmettent leur énergie sur les roues Mavic Crossland
Tubeless chaussée en Michelin Hot.

Au final ce vtt convainc l’oeil même après un examen plus
approfondi. Une impression générale de dynamique et de solidité servie par un montage cohérent de
composants pour beaucoup éprouvés. On a vite envie de l’enfourcher.

Messieurs, à cheval !

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’engin n’a pas été épargné. Lors de nos différentes
sorties avec le Blue nos pilotes ont été des plus généreux mais rien n’y a fait. Dans le cadre d’un
usage engagé en terrain pentu et cassant, le Lapierre Blue démontre qu’il est de bonne naissance.

La première raison est un très bon accord entre les suspensions. La Z1 est une valeur sure pour
ce type d’usage mais nous étions curieux de voir le comportement de l’amortisseur Marzocchi. Le duo
avant arrière s’en tire à merveille et avaler les obstacles est un régal. L’avant gomme les
difficultés et l’arrière assure un amortissement et un contact au sol parfait. Résultat le vélo est
sain et on se surprend à tenter et réussir des passages techniques hors de porté avec un vélo plus
classique. Onctueux et réactif l’amortisseur assure un très bon confort mais revers de la médaille,
il est sensible au pompage en montée, même si c’est assez raisonnable pour ce type de vtt. Le plus
surprenant en définitive c’est la grande tolérance de l’ensemble avant/arrière En effet
suspensions sont restées efficaces malgré des gabarits et des styles très différents sans qu’il
soit besoin de faire de longs réglages. Seul regret les 130mm de la fourche semblent justes pour le
programme du spad d’autant qu’ils ne permettent pas d’exploiter les 150mm disponible à arrière

Mais c’est le cadre qui fait l’âme d’un vélo. Celui du Lapierre est à la hauteur de ses ambitions.
Le slopping prononcé permet de bouger facilement autour du vélo. Même si sa rigidité est un peu en
retrait des meilleures référence de la catégorie, le Blue s’en tire plutôt pas mal et il faut
vraiment le malmener pour sentir un léger manque dans le triangle avant. Les sensations sont au
rendez-vous et le vélo est assez joueur.

En montée il reste ce qu’il est : un vtt de
free-ride. Inutile de penser gratter tout le monde en montant, son poids et sa géométrie le
condamnent au mode "diesel", même si la position du poste de pilotage est assez intermédiaire entre
le pur vtt de free-ride, typé DH et un vélo enduro se rapprochant d’un vtt classique. Bref ce vélo
permet de gérer sans trop de problème les montées d’approches, même longues. C’est aussi cela la
polyvalence, car nombre de vtt jouant dans la même cour que le Blue ne peuvent se targuer des même
capacités à monter. Nous avons pu aussi l’apprécier dans des phases de portage où son embonpoint
raisonnable permet de franchir les difficultés sans y laisser trop de jus.

SRC="/2004/blue/img9.JPG" ALIGN="right" vspace="10" hspace="10" border="0"> Dés que la pente
s’inverse la Blue est dans son élément, il exprime alors tout son caractère. Sain, il se laisse
brutaliser, avale tout et garde le cap. La position un poil trop sur l’avant reste toutefois
correcte pour attaquer sans état d’âme. On passe les manuals facilement, on enchaîne les pif-pafs
sans problèmes. Sur les phases roulantes et rapides le vélo est un rail, sécurisant et invitant à
envoyer les watts. Nous avons pu le constater sur le final de la Deval-Bike, un run bien rapide et
cassant. Lorsque se présentent des obstacles le trio gagnant fourche/cadre/amorto permet
d’envisager pas mal de folies. La bête accepte l’aérien et se montre très stable et à l’aise dans
ce genre d’exercice. En champs de bosses et aux mains d’un dualiste le Blue a accepté le jeu sans
rechigner. La qualité de fabrication du cadre permet de se lâcher sans craindre la casse. Dans la
troué de Chignin l’impression de sécurité a permis au testeur du moment de sauter de belles marches
dans des couloirs bien pentus. Les freins Formula DH offrent le mordant et puissance pour arrêter
l’engin, même lors de très longues descentes. Ne surchauffant pas ils participent à l’impression
générale de sécurité et de facilité que dégage le Lapierre.

En définitive

A la suite de cette longue session d’essais le Lapierre Blue FR 432 s’en sort plutôt bien. L’engin
offre de très bonnes sensations et permet de se lâcher sans trop réfléchir. Sain, tolérant, joueur,
c’est un régal en descente et il n’est pas une punition en montée. Grâce à l’accord parfait de ses
suspensions, une bonne rigidité du cadre et un freinage 4 étoiles.

Sa géométrie un poil "hybride" entre pur Free-ride et enduro associé à un poids raisonnable en fait
un grimpeur honnête dans sa catégorie. Les puristes n’aimeront pas forcément mais les pratiquants
moins pointus apprécieront.

Coté look, il est plaisant et a une sacrée gueule sans donner dans
le "panzer style". Il reste fluide et donne envie de le chevaucher pour allumer les petits copains.
La qualité générale de fabrication est de bonne facture, même si la peinture nous est apparue un
brin fragile.

Pour qui, pour quoi ?

Le Blue est un vtt de Free-Ride idéal pour aller
taquiner la pente alpine, la piste de descente, le petit single bien trash avec bosses, gaps et
autre réjouissance aérienne ou pour allumer sans faire son testament à chaque détour.

Mais
c’est son coté sécurisant et sain, la qualité générale de ses équipements, son poids raisonnable et
surtout son prix, qui en font une sacrée bonne affaire pour qui veut goûter à cette discipline
riche en adrénaline. Plus typé et donc plus efficace qu’un enduro dans ce compartiment du jeu, le
Lapierre se présente donc comme le 2eme VTT idéal, celui que l’on emmène en montagne pour y
pratiquer le free-ride. Il est un très sérieux prétendant pour qui veut découvrir ou progresser
dans cette discipline ou pour les compétiteurs occasionnels qui voudraient se lancer dans une
descente marathon en particulier grâce à son prix en baisse de 400 Eur pour 2005.

Il se
destine donc à des pratiquants qui souhaiteraient avoir un vélo dédié au free-ride en parallèle de
leur compagnon de jeu habituel ou à ceux qui ont la chance de résider à proximité des spots qui
vont bien et pour lesquels le Blue est le jouet idéal, efficace et pas trop cher, acceptant de les
emmener au sommet de la descente ultime, même en l’absence de remontés mécaniques ou de route.

A 2200 Eur pour 14.4 Kg il va donner à réfléchir à tous ceux qui lorgnent
du coté de valeurs établies dans le free-ride, car avec un tel prix au kilo c’est loin d’être une
mauvaise affaire.

Les plus expérimentés et engagés se tourneront quant à eux vers le Black
FRX, mieux équipé et proposant plus de débattement (170mm pour le modèle 2005) et ceux qui
souhaitent plus de polyvalence iront vers le Red Lite, qui avec 12.9 Kg sur la balance peut
prétendre à l’étiquette enduro. Il faudra en ce cas faire le point sur sa pratique exacte et
regarder en parallèle les modèles enduro de la gamme Xride du même constructeur.

Ce qui change pour 2005

Le vélo testé était un modèle 2004. Pour 2005 peu de changements, mais ils sont parfois importants.

Coté transmission, fini le panachage Xt/Lx, c’est du Lx à tous les étages. Bonne nouvelle,
les affreux grips Ritchey, inadmissibles sur le modèle 2004, disparaîssent et sont remplacés par
des modèles maison à fixation type lock-on.

La proue du Blue 2005 reçoit une Marzocchi All
Moutain 2 avec système ETA mais surtout le débattement passe à 150mm au lieu des 130mm de la
version 2004. Maintenant la suspension avant est en phase avec les 150mm maxi de l’arrière Bien
vu, même si le Blue risque probablement perdre un brin au niveau de ses capacités à grimper. Mais
il va tant y gagner en descente...

Autre changement important, les roues. Exit les Mavic
Crossland qui déjà sur le Xride ne nous avaient pas convaincus. Elles sont remplacées par des
jantes Mavic XM321 montées sur des moyeux Shimano Deore Disc. La rigidité et la précision de
pilotage devrait en bénéficier.

Mais le principal changement est le prix. A 2200 Eur, soit 400
Eur de moins que le modèle 2004, le Blue a.m. 2005 va probablement déclencher pas mal de commandes
au Père Noël de la part de bikers - et ils sont nombreux - qui souhaitent découvrir ou progresser
dans le "vélo de montagne" sans pour autant exploser leur petit cochon.

Bref avec ce millésime 2005 Lapierre est peut être en passe de gagner son pari et faire de son
Blue une référence incontournable, un vtt sain, efficace et pas trop cher, un classique des spots
de free-ride au même titre que les Kona Stinky et autres Scott Nitrous ou Cannondale Gemini. C’est
tout dire...

Fiche Technique

LAPIERRE 432 BLUE FR (2005)
Cadre : Alu 7005 multibutted
Amortisseur arrière : Marzocchi
Boss C50, déb. 125/138/150mm
Fourche : Marzocchi All Moutain 2 ETA 150mm
Dérailleur avt :
Shimano LX
Dérailleur ar : Shimano LX
Pédalier : Shimano LX
Manettes : Rapid fire LX 9V

Freins : Formula Extrême DH 205
Roues : Mavic XM321 32T, moyeux Shimano Deore Disc
Pneus :
Michelin Hot S 26 x 2.20
Jeu de direction : Ritchey Ahead set semi intégré
Cintre : FSA FR
330 OS 680mm
Potence : FSA FR 75mm
Grips : LP fixaton type lock-on
Selle : Fizik Plateau

Tige de selle : FSA SL

POIDS : 14.4 kg (constructeur sans les pédales)

Prix 2005 : 2200
Euros



Auteur - RouelibrE




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013