Accueil > Magazine > Compte-rendus

  VTT’O : comme si vous y etiez !


(4/12/2004)

En Octobre 2004, VTTnet organisait 3 jours de VTT du coté de Nancy, le NancyNet. Ce randoNet était une bonne occasion pour faire découvrir d’autres facettes du vtt. Et pourquoi pas une course d’orientation à VTT ? C’est ce que Thomas et Didier, deux fondus de courses d’orientation, avaient préparé. Le VTT’O comment ca marche ??? Un des participants de ce NancyNet, Nicolas, alias Guido, nous raconte sa course. A fond, à fond, à fond...

<REP|SITE/2004/vtto/guido>

Ma CO à moi, par Guido


"Cela a commencé le matin. Fab me préte son spad un Cannondale Jeckyl. Cool ! Cela
me fait une bien belle monture (comparé à mon semi rigide). Cela va
probablement être plus facile pour lire les cartes en roulant. Je n’aurais
pas trop à me soucier de la trajectoire.

Je m’équipe ; boussole, porte carte souple, un peu d’eau, 2
ou 3 barres de cérèales. C’est tout bon...

J’ai bien suivi le briefing des organisateurs. Il y a eu pas mal d’informations données. J’ai peur de ne pas tout retenir. Mais, d’aprés ce que je retiens, il
semble que de toutes façons, avec un peu de bon sens, tout se retrouve.
Je regarde les concurrents partir. Ils ont tous quelques informations
de dernière minute. Je décide avant le départ de ma tactique de course :
y aller cool, ne pas se précipiter. Cela va être ma 3ème ou 4ème CO à VTT
mais j’ai toujours vu la même chose ; on bourrine et...on se plante ! Et
plus l’on bourrine, plus on se plante et rapidement le physique baisse.
Fraicheur physique et tête reposée, voilà ce que je vais essayer
aujourd’hui.

Je suis à la fois tendu et impatient. C’est la première
fois que je vais orienter. J’appréhende un peu car j’ai tendance à me
perdre pas mal en rando, ou même en voiture quand je dois me rendre à un
endroit précis. J’attribue toujours la faute à l’imprécision de la carte ... Là je vais avoir droit à un test nature !

C’est bientôt mon tour. Je me fais cette promesse : je ne pars pas avant
de m’être repéré convenablement sur la carte et avant d’avoir repéré la
première balise.

Le départ

Thomas l’organisateur m’interpelle au start : "Guido, prét ? à toi. Voilà la carte, le triangle c’est l’endroit là bas ..blabla ...chemin barré ici et là ... blabla ..."

Ouf, cela fait pas mal d’infos. Je prends mon stylo (et mon temps), je
note sur la carte les endroits barrés. Je me repère, je suis où ?
C’est quoi le triangle ? Là-bas ? Et il y a un triangle pour dire
exactement ouù c’est ?
Non ? c’est imaginaire .. ok ...
C’est pas gagné. Je vais donc là-bas et je vais comprendre ... hum ...
Je repère la première balise et je décide d’y aller.

"T’es encore là ? tu sais que c’est chronomètré ?"

C’est bon je pars !

BALISE 1

Je prends mon temps, mais j’essaye de ne pas me perdre.
Bon, je pédale, je cherche le triangle, j’arrive à l’endroit supposé.
Hum...pas facile, bon on va dire que la balise est par là (je vérifie
déja la carte à 20 m du depart !) ...

Je pars dans une direction, je cherche un chemin pourri sur la droite ....
Paf ! Carrefour 4 bras, je suis allé trop loin. Je croise des potes qui
cherchent aussi une balise. On n’échange pas d’informations. Ils ont l’air
de galérer, celà promet. Ils partent dans une direction ... (complétement
différent de ce que je pensais faire). [NDLR le chemin était effectivement quasi bouché.]

Je sors la carte, je suis
vraiment trop loin (les autres doivent être complétement paumés, ils
n’ont pas pris la même direction que moi). Je rebrousse chemin et
je cherche "un truc" sur la gauche maintenant. Je vois un chemin mais
c’est barré... peut-être que c’est là ? J’hésite, vais voir plus loin
... Et puis de toutes façons il n’y a rien d’autre. Je regarde encore la
carte, cela ressemble à un passage qui m’amènerait à la première balise.
Je prends cette option sans grande conviction. J’avance, finalement, la
confiance vient, je pense être sur la bonne voie. Et effectivement
j’apercois la balise. Youpiiii ! Ma première !
Bon, j’ai pas mal tourné, je me sens comme sur des oeufs.

BALISE 2

De la 1 à la 2 la distance est assez longue. Je redoute cela. Cela va
faire pas mal de points ou faire des choix. Pour m’être un peu balladé
en rando (à pied avec sac à dos), j’ai souvent constaté que je me perds
au bout d’un certain nombre de carrefours si je n’ai pas de bon repères.
Je regarde avec attention la carte et je cherche un itinéraire "simple".
Je prends tout droit, passe le carrefour 4 bras, tout droit puis à
gauche au deuxième carrefour 4 bras puis premier chemin à droite puis
premier chemin à gauche, pause carte pour vérifier et je longe la forêt
jusque la balise 2. Cela semble jouable. Je m’elance.

Par la même
occasion, je constate que je suis tout seul et que mon poursuivant ne
m’a pas repris malgré mon caffouillage. Cool, je pédale raisonnablement
sans perdre de temps. Je passe le premier 4 bras sans hésitation, le
deuxieme, à gauche, petite hésitation, le 4 bras n’est pas franc ... je
prends l’option gauche comme prévu. J’arrive à un carrefour, je dois
prendre à droite et faire un point carte et effectivement, j’ai des
doutes. Pourtant cela correspond avec le terrain mais c’est comme si il
avait un chemin suplémentaire ... Je prends l’azimut prévu et retrouve
la configuration escomptée. Je pense être sur le bon chemin. Maintenant,
c’est tout droit. Je prends tout droit.

Je compte le nombre de carrefours. Normalement c’est quatre carrefours et
légèrement à gauche. Au cinquième carrefour, je commence à douter de moi,
au 6 ème je m’arréte. De toutes facons, je ne peux plus aller tout droit
je suis sur une intersection en T sur un chemin de forêt prévu pour des engins forestiers. Un
truc trés roulant assez large. C’est sur je ne suis pas là ou je pensais
être. Je prends la carte à la recherche de réponse. Et si j’avais pris
tout droit là et que je sois arrivé sur ce chemin au dessus de la 2 ...
Oui, mais...pourtant j’ai tourné à gauche je peux donc être à l’opposé...
Je prends l’azimut de la route que je compare avec la carte. Il
semblerait que je sois au dessus de la 2. Si je prends le chemin sur ma
droite, je vais avoir la 2 au bout sur ma droite. Je prends quand même
encore un peu de temps pour m’orienter et étudier la carte à la
recherche d’indices mais en pleine forêt, il n’y a pas d’autres indices
que la boussole et le nom du chemin (mais le nom des chemins n’est pas
sur la carte trop facile ! ). De toutes facons, même si je me plante,
en allant tout droit cela me permettra surement de me repérer.

Je file
donc voir le bout du chemin. Arrivé là-bas, hum... pas terrible, je vois un
"chemin" à gauche, mais rien à droite. Ah si ! Je vois un truc. hey ! Un
single track -un peu pourri- et bien caché... C’est quand même pas
ça ! non ?...Si ?

Bon je vais voir mais pas trop loin, la balise ne doit pas être loin. Je
me lance. Mortel, le single ! Super ludique,
cela ressemble bien à un chemin bien sympa à faire à vtt. C’est bien
technique (surtout trés glissant et bien piégeux avec des ornières),
j’essaie de maintenir une bonne vitesse mais ça glisse de tous les
cotés, je regrette de n’être pas sur mon spad... Je connais pas bien
celui là... Mais le plaisir est là ! tant que cela tient ! Au fait, je
ne dois pas etre le seul sur ce single. Je ralentis l’allure pour avoir
une chance de m’arréter si quelqu’un arrive de face.
Encore 20 m et je fais demi-tour si je vois rien.

Au moment où j’allais
freiner et faire demi-tour (j’avais déja arreté de pédaler) j’aperçois
la balise. Arrrrrrrgh ! la balise ! ! ! Ma deuxième balise de ma vie !
Je me sens tout gonflé de certitude ! j’ai réussi à me retrouver ! C’est
comme si je venais de vivre mon pire cauchemar. Je suis perdu et je
n’arrive pas me retrouver mais cette fois, cela se termine bien. Un gros
poid s’envole. Malgré une grosse erreur d’orientation (que je ne
comprends toujours pas, j’ai reussi à me retrouver en prenant l’azimut
du chemin sur lequel j’etais). Le reste n’est que du bonheur. Biiip
Biiip, je pointe.

BALISE 3

J’ai l’impression que cela fait 20 min que je suis parti et je n’ai que
2 balises. Et je me suis perdu 2 fois et bien comme il faut. Le bilan n’est
pas terrible et m’incite à la prudence. Pour autant, j’ai l’impression que
ma lecture de carte commence à s’améliorer. Je regarde la balise 3.
Ouille ouille, ouille !! J’ai pas fini d’hésiter aux carrefours. La
distance est assez importante. Mais le parcours semble assez
simple, pas trop piègeux. Il faut décider de la trace : soit par le single toujours tout droit jusque carrefour ou bien soit prendre option à droite dans un chemin pourri jusqu’à un chemin forestier et ensuite faire un point carte et le finish.

Je m’élance, prends le single en sens inverse de mon arrivé. Chaud le
single, je manque je me crouter à plusieurs reprises ... C’est quoi ce
spad ??? (NDLR : Le propriétaire de la machine apréciera la remarque à sa juste valeur...) Je regarde la section fine des pneus. Etonnant, ce ne devrait
être pas trop mal pour la boue pourtant ... et Ziiiip encore .... Je me
concentre sur le single et le pilotage.
J’arrive au carrefour, je prends tout droit. Je suis tout seul. Celà
m’étonne pas mal de ne pas voir d’autres concurents dans le coin. Si je
n’avais pas trouvé les balises je serais persuadé de m’etre trompé. je
continu sur le single, trés sympa. Mais gare aux erreurs de
navigation. je compte les carrefours : 1, ... 2 puis 3 raprochés, ... 4 ,
chemin à droite, puis carrefour... hop ! je prends à gauche, point carte, je
suis sur la bonne voie, c’est pas trés franc, chemin à droite je passe,
je prends l’option plutôt à gauche. cela tournicote. Paf ! carrefour 4
bras.

Je fais le point. La balise est sur la droite dans le bazar. Je
cherche à me repérer, ce n’est pas trés facile. Je vais prendre sur la
droite, cherche une option sur la gauche puis encore à gauche en
tournant autour de la balise de plus en plus serré, jusqu’à ce que je la
trouve. En chemin, je trouve Thomas ... "Ne passe pas là c’est barré, prends
l’option à gauche" ... hein ? une coupe dans le bois ?
"Oui regarde le single ..."
Effectivement il y a un passage mais pas vraimment un single. Cela
ressemble plutot à un passage d’animaux qu’à un single utilisé par des
vttistes. [NDLR : le chemin qui est effectivement barré sur la carte s’interromp sur le terrain pendant une dizaine de métres]

Je me lance sans trop grande conviction. Ce truc imprévu celà
me paume un peu dans mon plan. Finallement je m’en remet à mon instinct
... Et je tombe sur la balise, par chance ? par instinct ? je ne sais
pas bien !
On va dire par instinct ! biiip biiip, 3 ème balise ! Ouf !
Bon, c’était la balise de la chance, le parcours était sympa mais la fin
un peu incertain. Ce n’est pas encore maintenant que je me sens un grand
orienteur. Mais plutôt plutot un grand chanceux !

BALISE 4

Pour autant il y a un truc où je prends confiance, c’est la lecture de
carte. Je sens de mieux en mieux la lecture de terrain. Cela me fait
bien plaisir. C’est trés sympa. D’un coup d’oeil je commence à repérer
les points clefs, le truc de compter les carrefour marche pas mal.
Je me reconcentre, je regarde le chemin pour la balise suivante. Je vais
prendre l’option "je continue vers le sud", "je chope la grande artère",
et "je bourrine jusqu’à arriver au dessus de la balise". Il y a 2
options pour le final d’approche. Je pense prendre "la deuxième à
droite" qui semble bien moins pentu que la première. Mais on verra sur
place. Je prends mes repères, tout droit jusqu’à l’artère pricipale, à
gauche, tout droit puis rejoindre l’artère qui vient de derrière à
droite, prendre tout droit jusqu’au carrefour 4 bras, tout droit prendre
1ère ou 2eme à droite. Je remballe la carte, et fonce.

Je m’étonne. Je
retiens pas trop mal les indications de monn plan de route (je ne pensais pas en être capable avant la course). En chemin, je
retouve la configuration prévue, j’ai l’impression de rouler sur la carte
tellement ce que j’ai imaginé (et ce que j’ai lu) correspond à ce que je
vois. C’est jouissif !

J’arrive sur la première option à droite, c’est tout pourri, je vais
sur la deuxième. Elle est mieux. Je cherche un peu et arrive sans trop
de peine sur la balise. Je commence à prendre confiance.

BALISE 5

J’étudie la carte. Combien d’options.... 1, visiblement pas trop de
choix. Redescente, direction sud, puis boulevard direction la balise 5
qui semble être sur les hauteurs. Cela n’a pas l’air d’être trop piégeux,
seul un chemin est sur la droite au dernier moment juste au niveau de la
balise, d’aprés les courbes de niveau. Pas de temps à perdre, c’est parti
 ! Je n’ai que 4 balises et il y en a 19 ! Je ne sais pas depuis combien
de temps je suis parti mais cela commence à faire. Je stresse un peu car
l’heure limite fixé est de 14h et cela s’approche petit à petit.

Je mange une barre, c’est l’heure de commencer à s’alimenter si je veux
tenir la distance.
En chemin j’aperçois deux autres concurents, qui eux roulent en duo, Rouelibre et Panoche. On se retrouve tous dans un
un cul de sac (un pré semi-ouvert). On s’est bien fait avoir ! Nous voilà à rouler un peu ensemble. Nous avons la même lecture de carte. Et nous allons
au meme endroit. Nous trouverons la balise 5 presque ensemble. Biip, Biip.
Une de plus !

BALISE 6

Je ne vais pas trop m’arréter pour lire la carte. Je sais deja par où je
dois aller. Par jeu ou pour une autre raison, Rouelibre et Panoche
prenent leur temp et regardent leur carte. Je pars devant et eux ne
partent qu’une fois leur itinéraire choisi. La montée est raide. j’en
profite pour me détacher et faire la différence. Je fonce à la balise 6.
Je stresse un peu. J’ai l’impression que je ne vais pas arriver à faire
toutes les balises dans le temps imparti. J’appui un peu plus sur les
pédales pour rattraper le temps perdu. J’arrive sur un carrefour, la
balise c’est le chemin de gauche, je le prends.

Ouille, ouille !! Une
forte pente dans un chemin caillouteux, pas facile de contrôler le vtt
avec tous ces cailloux qui roulent sous les pneus. Le vélo fait se qu’il
veut, le pilote suit. J’essais de ralentir ma vitesse au maximum pour
éviter l’emballement. Ouf ! Je reprends le contrôle. Je reste prudent. Je
fais bien car effectivement je croise Philippe. Je lui demande si il y a
une balise au bout car il me fait l’effet de quelqu’un qui s’est trompé
et a fait demi-tour. je n’obtiens pas de réponse. Ce n’est pas grave, je
continu comme si de rien n’etait. Et voilà la balise ! Biip biip.

BALISE 7

Je jette un oeil rapide sur la carte. Deux alternatives, par le bas ou
revenir en arrière. ... Je comprends maintenant pourquoi j’ai croisé
Philippe ! Il vaut mieux revenir sur ses pas sinon gare à la remontée de
l’autre coté ! Je ne me sens pas l’âme du pur crosseux qui monte pour le
plaisir et puis je suis en retard. Je prends donc l’option raisonnable et
rebrousse chemin en esperant ne pas me prendre 2 vttistes à pleine
vitesse en descente. Je quitte le chemin avant. Je me retrouve sur une
section plane, exceptionnellement, j’appuie pour refaire mon retard. Je
vais le regretter au moment où je me retrouve sur une route. Mince ! J’ai
dû aller trop loin ! D’aprés la carte, ce devrait être un chemin
(j’apprendrais plus tard qu’une route pas ou peu fréquenté est considerée
comme chemin forestier et adopte la même legende). Le temps de mon
hésitation et de ma lecture de carte et mes compagnons me rejoignent. Je
leur transmet mon doute un instant. Mais au moment ou je décide de
rebrousser chemin (eux continuant), je réalise, qu’en chemin, il n’y
avait pas d’autres options sur la droite. Il n’en faut pas plus pour me
convaincre. Je remonte sur le spad et j’appuie de retour.

Je la veux
cette balise et vite ! Le temps tourne, je me sens assez en retard. Je
laisse mes compagnons dans la montée. Je me retrouve assez vite en forêt
en terrain déja connu. Je repasse sur le chemin enprunté pour aller de
la 2 à la 3. Je suis content de me reconnaitre et de savoir ou je suis
avec un certain degré de certitude ! C’est finalement une sensation
tres agréable ! Je fais un point carte, la balise 7 ne doit pas être
loin. Je prends un single ... tiens il me rappelle quelque chose ce
single...
Et au bout, photographe et balise ... Je suis content. Je mange une
barre de cérèales, papote un peu, et bois un peu d’eau.

BALISE 8

J’apprends une nouvelle importante. La course est réduite. A partir de
la balise 13 il faut aller à la 18 directement. Je pense que c’est une
sage décision. Pour ma part, je prenais cet endroit comme une deuxième
phase dans cette CO. Les balises 7, 8 , 9, 10, 11, 12 et 13 sont dans
un "mouchoir de poche". Le physique ne joue plus trop, il faut bien
s’orienter et ne pas perdre trop de temps. Je voyais les balises suivantes
comme etant la 3 ème phase avant les 2 dernieres balises d’arrivé. Le
fait d’être à la balise 7 me soulage profondément et d’autant plus que
la course est réduite. J’ai donc une chance de terminer dans les temps.

Pour autant, je ne traîne pas trop et me concentre donc pour mémoriser
un maximum le terrain et espérer prevoir l’itinéraire pour un maximum de
balises en avance (pas si facile). La balise 8 n’est pas trop dure. Je
m’élance. J’essaye d’assurer, de ne pas me précipiter. J’arrive assez
vite sur elle. Cool, je suis content. Biip biip...

BALISE 9

J’ai un choix à faire, demi tour ou continuer ? Dans le but de me donner
un maximum de chances de mémoriser le terrain, je fais demi-tour et je
repasse par là d’où je viens. C’est bon pour le moral, je roule en
terrain connu. J’arrive sans trop d’encombres sur la balise. Biip biip.

BALISE 10

Je bois régulierement, je commence à avoir un peu faim. J’aurais du
manger un peu plus ce matin ! Pour la 10, même dilemne. Demi tour ou
continuer ? Même question mais pas même raisonnement, le demi tour semble
plus long. Je décide de continuer. je retombe néanmoins sur du chemin
connu ... Ahhh comme c’est agreable de rouler sur du chemin que l’on
connait ! Je revois le photographe... click photo ! Biip biip... Je sors une
barre j’ai une petite faim. Je bois aussi un peu d’eau.

BALISE 11

Pas si facile toutes ces balises quand même. Sur la carte c’est pas trés
loin, mais faut quand même y aller ! Bizarement la 11 me semble loin et
pas facile. Je me lance assez confiant compte tenu des
"succés" précédent. Je me paume un peu. Je vois un chemin il n’est pas
barré sur la carte et pourtant il y a des arbres partout en travers et
le truc est là depuis un moment (plusieurs années probablement, surrement
les sequelles d’une tempête). C’est clairement infranchissable. Je
regarde et pas de traces de contournement recent ou de traces de passage
habituel ...Est-ce le bon chemin ? Confiant dans mon azimut, je pars à
travers champ en pensant pouvoir rapidement rouler plus loin. Mais plus
loin il y a encore des arbres en travers ! Je commence à douter
serieusement...

Pourtant inexplicablement, je continue. Enfin j’arrive sur
une portion roulante. C’est clair. Je suis le premier à rouler ici
depuis plusieurs années ! Je continue néammoins, en essayant de
comprendre ce qui se passe (pourquoi la carte si précise jusqu’à
maintenant me dit-elle que cela passe ...?). J’arrive finalement sur un
carrefour carractéristique 4 bras, ce doit etre en face pas trop loin.
Mais en face, pas trop loin, rien en vue ...

Je m’avance pour être sur
et encore un peu et encore un peu et de plus en plus... et au fond tout
au fond je vois enfin la balise ... Ouf ! Quelle émotion ! Je soupçonne,
qu’elle soit placé un peu loin. Mais peu importe, je suis content, je
l’ai trouvé !
Je réalise un changement dans mon attitude, malgré tous les signaux
négatifs que j’ai eu, j’ai gardé confiance en ma carte et mon
orientation. C’est vraimment une première pour moi. C’est extraordinaire
comme sensation. Mais pas le temps de trainer. Biip biip..

BALISE 12

Ca commence à sentir la fin. La pression revient. Il faut faire vite. De
plus j’ai croisé l’ami Francky. Je ne sais pas si il est en retard ou en
avance mais il me fonce dessus. Je ne voudrais pas me faire rattraper.
Je veux trouver toutes les balises moi même !
Je jette un oeil sur la carte à la recherche de la solution ultime pour
aller à la 12 le plus vite possible. Pas facile. il y a plusieurs
possiblités dont une coupe à travers bois. je me tate. Je ne me sens pas
assez confiant pour le tenter. Je fonce et fait le choix de
l’itinairaire simple. Et bien pas si simple finalement. Je galère un peu
pour arriver sur la 12. Biip biip...

BALISE 13

Une fois sur place, le truc s’impose à moi ! J’ai trés trés faim ! Je pose
le sac à dos et recherche à manger. Je n’ai plus de barres, il ne reste
qu’une banane de la veille dont une moitié est deja partie en bouillie
dans le sac d’emballage. Yeuark, j’aime pas ça mais alors pas du tout.
J’en ai même horreur. Pour autant, je prends la banane en décomposition,
enléve le plus gros du gluant-dégoulinant, j’ouvre grand la bouche et
avale le tout. C’est horrible. Le truc a masséré dans le sac plastique
plein de miettes et de je ne sais quoi mais je ne veux pas savoir (ce sac
m’a servi de poubelle hier !). J’ai un haut-le-coeur et j’ai
l’impression que je vais tout rendre. Je serre les dents et essaye de
penser au bien que cela va me faire. Cela passe. De plus dans ma quête à
l’énergie, je bois pour aider mon corps à puiser dans mes "réserves".

Retour au circuit.
Je dois retourner à la 13. Deux options à travers champ ou par le
chemin. Je ne me sens pas confiant ... Je prends le chemin. Je
roule, roule. Il est trop long ce chemin. C’est peut-etre un peu tard
mais je veux vraimment tenter à travers bois. Je sors du chemin et prend
une coupe. Je vais hésiter un moment sur la qualités de ce choix. La
coupe est assez longue (un peu plus que prévu). Aprés le passage d’un
premier chemin qui semble abandonné, j’arrive sur un chemin qui semble
connu. Mais qui ne me rappelle rien ! Mince ... Je prends quand meme
dans la direction supposé etre la bonne ... Et ouf, j’arrive à la balise
 ! Biip biip.

BALISE 18

C’est plus trop l’heure de réfléchir, c’est le retour. Je me précipite
un peu ... trop sans doute. Je vais me perdre un peu. Hésiter pas mal.
Je vois des chemins qui ne sont pas sur la carte, la balise qui n’est
pas au bon endroit. Biip biip..... la fatigue peut-etre ? [NDLR : elle etait au bon endroit : la fatigue sans doute...]
Je ne sais pas. Je n’ai qu’une seule pensée en tête : finir le plus vite possible !!

BALISE 19

Je fonce à l’arrivée ... Je pointe Biip biip ...Didier m’interpelle, "hey, Guido tu as passé la 19 ?" Et il pointe un point à
l’horizon différent de là où je viens.

"hein ? Celle là ?" Lui dis-je en lui montrant le balise devant moi.

"Non, la bas !" Effectivement au loin j’apercois quelque chose. Il
m’explique que je dois aller pointer là-bas et que je dois revenir ici
pour repointer. Ici c’est l’arrivée pas la balise 19. Je fonce...Biip...biiipp...

ARRIVEE

Le retour se fait à fond ! Biip...biiip, encore sur le velo !
Ouf !

CONCLUSION

Je suis bien fatigué. Ce fut une bonne dépense physique. J’ai pris un
réel plaisir à m’orienter, à me retrouver alors que j’étais perdu. A
prendre des options, malgré le doute et les incertitudes.
J’ai étè surpris avec quelle vitesse l’on s’habitue à lire une carte et à
évaluer les distances.

J’ai beaucoup aimé cette experience de co en solo. Je ne pensais pas être
capable de faire tout le parcours sans me perdre sérieusement plusieurs
fois (jusqu’à avoir besoin d’aide pour me re-situer sur la carte). Je
tiens d’ailleurs à mentionner la qualité de la carte qui reprennait avec
un trés bon niveau de detail le terrain (NDLR : carte officielle de la ffco). Je suis pour autant concient de
ne pas en avoir exploité toute la subtilité. Mais le plaisir était déja
là.

Et enfin, je suis content de ma course. Je n’ai pas l’impression
d’avoir fait des supers temps mais globalement j’ai réussi à faire ce
que je rêvais de faire depuis longtemps, faire un parcours entier en
orientation et en solo !

Merci encore une fois aux organisateurs et aux personnes qui grâce à
leur engagement (bénévole) permettent ce genre d’activité."

Liens utiles :

- Pour en savoir plus sur la course d’orientation visitez le site de la Fédération Française de C.O.

- Casque bas pour leur aide au LOV et en particulier à Daniel Rollet, cartographe à l’origine de la carte.

- Et un grand merci au GO78 pour leur soutien technique et le prêt du matériel.



Auteur - Guido




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013