Accueil > Magazine > Le cri du Single Track

  De l’excès au raisonnable ?


(26/05/2004)

<REP|SITE/2004/crisingle/>


De l’excès au raisonnable ?


Le vélo de l’année c’est devenu une institution. Un peu comme les bagnoles ou les camions.
Là c’est THE VTT of l’année. C’est le journal Vélo Vert qui organise cela. Pour ceux qui ne
connaissent pas on va rappeler les règles du jeu : des constructeurs proposent des vélos à
l’élection. Les lecteurs votent. Puis les 3 meilleurs sont testés pendant quelques jours par un
staff formé de journalistes, de pros du vtt et de lecteurs lambdas. Le gagnant est stické "best of
the year" et gagne le droit d’être connu et vendu à plus que prévu.

Depuis quelques années ce grand raout du vélo à grosses roues avait suscité quelques interrogations dans les différents forums qui causent de vtt. Ne serait-ce donc pas une grande arnaque soumise à la pression médiatique en général et celle des insertions publicitaires en
particulier ? Ou bien les votants auraient-ils perdu tout sens du réel ? En effet on avait pu voir quelques récipiendaires de choix qui avaient de nombreuses qualités mais en tout cas pas celles d’être le vélo de Monsieur tout le monde. En particulier l’année où le Jekyll avait
décroché le pompon dans sa version la plus onéreuse (plus de 7000€ !). Un peu comme si Rolls décrochait le
titre de voiture de l’année ! De quoi vous dégoûter de votre Peug’...

Mais pour 2004 voilà que l’on apprend que le groupe des finalistes serait composé de Trek, Nakamura et que le spad-of-the-year n’est autre que...le Décathlon 9.3 !! Avouez que pour une surprise ce n’est pas piqué du dérailleur !
Deux vélos de grande distribution dans le peloton de tête ! Exit donc les machines à forte image et gros budget, voilà le vélo de Monsieur-tout-chemin.

Quelles que soient les arcanes de la votation qui ont amené le Décathlon et le Nakamura dans le trio de tête, on peut dire que le randonneur lambda, celui qui roule en sweet gagné au rallye vtt du sous des écoles de Tartolive/Trotinette et en short de balle-au-pied, celui qui se promène la truffe au vent en se tapant grave du chrono, que ce ’rouleur-libre’, passionné éclairé mais pas fortuné, bref que la plupart d’entre nous se retrouvera probablement un peu dans ce choix.

Il y a encore peu on a voulu nous faire avaler des machines à 15 kg et 4500€ comme la seule et ultime voie pour vététer correctement, on a crié " free-ride, free-ride, free-ride " en sautant comme des cabris (s’pas mon Général ???) et les constructeurs au final se sont pris une belle claque dans le beignet. Car on peut dire ce que l’on veut - même si le rêve et la passion interviennent dans le déraisonnable de nos choix en matière de monture - nous restons du bon coté du carnet de chèque. C’est au consommateur de dicter ses choix aux
constructeurs et non l’inverse. Le constructeur propose et nous on dispose.

C’est peut être le message contenu dans le choix des lecteurs de Vélo Vert.

R.L.



Quelques Liens

- Lire le test du RR 9.2 fait en 2003 sur VTTnet




Auteur - RouelibrE




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013