Accueil > Magazine > Tests et essais

  J’ai fait du VTT sur Playstation


(/01/2000)

<REP|SITE/2000/NoFear>

Ceux qui ont connu le démarrage de la micro-informatique ludique et familiale savent que depuis Paperboy sur Commodore 64 et équivalents de cette époque des années 84-85, il n’y avait eu de création de jeux vidéo sur le vélo, et bien entendu plus spécifiquement sur le VTT.

Et bien les temps ont changé, le VTT est devenu un sport fun, free-ride, véhiculant sensations, ivresse de la glisse, mode vestimentaire associée, autant de paramètres marketing auxquels sont sensibles les jeunes de 12 à 20 ans cible particulièrement visée pour ce produit, qui il est vrai, ne déçoit pas.

Principes

No Fear Downhill Mountain Biking (ouf ! un peu long à retenir ce nom ; nous dirons No Fear tout court dans la suite de l’article) s’apparente à des jeux comme Coolboarders. Le principe est simple : dévaler des pentes en montagne, de plus en plus techniques et de plus en plus piègeuses, contre des adversaires de plus en plus coriaces, et ce en un minimum de temps. Rien de bien nouveau la dedans, on retrouve les modes classiques Course simple (1 ou 2 joueurs en face à face), Championnat (1 joueur), Contre la montre (1 joueur), Duel (à 3 ou 4 joueurs), Tournoi (championnat pour 2, 3 ou 4 joueurs) et Trick Trail pour les pros qui accèderont à cette option lorsque leur niveau sera suffisamment élevé, pour réaliser des figures et sauts en tout genre.

25 parcours sont disponibles aux 4 coins du monde. Chaque piste offre 3 niveaux de difficultés. 8 pilotes sont disponibles pour chevaucher tenez-vous bien, des VTT Giant ! En effet, le géant mondial du cycle s’est associé à Codemasters pour produire ce titre et cela se sent. Les descriptifs techniques des machines sont réalistes, même si la traduction de certains de nos termes usuels fait parfois sourire (je choisirai des "Freins en V", une fourche "longue distance" et un "rapport d’engrenage moyen" pour faire la descente de Sunshine Forest ;-) Au fur et à mesure que vous gagnez des courses, vous avez la possibilité de customiser votre machine. Passer de la suspension simple à la suspension intégrale, des V-Brakes aux freins à disques, etc.

Le jeu

No Fear est un jeu rapide qui donne de bonnes sensations notamment à travers les 4 modes de vue de pilotage comme dans les jeux de course de voitures : une vue externe rapprochée, une vue externe éloignée, une vue avant du VTT (attention aux nausées !) et une vue guidon, certainement la plus réaliste et la plus agréable à utiliser (voir ci-contre).

Les joueurs équipés de manettes analogiques ressentiront les réceptions sur la roue arrière, les impacts contre les bordures ou les vibrations sur les passages en rondins. Mais la grande nouveauté de No Fear est d’introduire la fatigue du coureur dans sa course. Plus vous pédalez, plus vous perdez de l’énergie et les relances deviennent plus difficiles, les accélérations moins vives. Il vous faudra jouer de stratégie et pédaler que lorsque c’est nécessaire en utilisant au maximum l’accélération donnée par la pente.

Graphisme

Le graphisme est correct sans plus. Quelques défauts de clipping mineurs parfois dans les fonds d’écrans, et des textures qui pixellisent un peu sur les décors. Mais la fluidité des animations, la richesse des variétés de parcours et surtout la jouabilité exemplaire du jeu font oublier ces petits défauts. Faut dire que quand on est habitué à la 3D sur PC.....

Son

Les sons sont réalistes. Le crissement des pneus dans la poussière lors des dérapages, le rythme du pédalage, le cliquetis de la roue libre, .... tout y est ou presque. Même le halètement du pilote qui s’essoufle comme un asthmatique si on reste crispé sur la touche X ! D’autre part la musique de fond disparaît pendant les descentes et n’est présente qu’à de courts instants dans les menus de configuration ou de choix. Merci Codemasters de nous avoir épargné ces musiques ringardes et lancinantes qui peuplent la plupart des jeux de course et qui se veulent hardos pour donner soi-disant plus de vivacité et de tonus. No Fear n’en a pas besoin.

Conclusion

Le pari était osé et Codemasters l’a réussi. Il est vrai que lorsqu’on a signé des titres comme Colin Mc Rae ou Toca, des best-sellers de la course sur console, on s’y connait en programmation de sensations de vitesse ! Ce jeu est beau, rapide, fluide et surtout réaliste. Je me demande même si je ne le ferai pas goûter à "mes jeunes" de l’école VTT les après-midi de pluie, juste histoire de leur faire travailler les trajectoires et l’anticipation ;-)

Mettons nous un instant à la place d’un notateur de magazine de jeux vidéo. Ici j’aurais bien mis 9/10.

Et pour en savoir plus :
www.mountainbiking.co.uk
www.giant-bicycles.com
www.nofear.com



Auteur - Phil




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013