Accueil > Magazine > Compte-rendus

  Défi Dole de St Gervais - 29 et 30 Avril 2000


(/04/2000)

<REP|SITE/2000/Warn/StGervais>

Après le forfait du défi blanc au mois de février pour cause d’équipe décimée par les blessures et la grippe, WARN se retrouvait pour la seconde étape à St Gervais avec une équipe nouvelle à 75%. Première participation pour Olivier, Manu et Lolo.

La course se déroule en 2 étapes. Départ de St Gervais samedi à 14 heures par une épreuve de CO qui nous mènera au parc VTT à St Nicolas de Véroce, pour rejoindre les contamines pour le bivouac. Le lendemain, départ des contamines pour une boucle CO trails/raquettes, et retour à St Gervais par un circuit en VTT.

Nous arrivons à St Nicolas de Véroce vers 11h30, le temps est glacial et, avec la pluie qui est tombée, nous promets un terrain très gras. Nous déposons les VTT. Nous avons juste le temps de filer aux contamines pour y laisser 2 voitures et le matériel. Le temps de se préparer et d’avaler une ration de pâtes, il est temps de retourner pour le départ avec la troisième voiture.

La course du samedi

Le départ est très rapide comme il fallait s’y attendre vu les distances relativement courtes. 7 kms de CO (point à point) et 19 kms de VTT. Nous pointons 12ème à la première balise, juste avant un choix d’itinéraire. Toutes les équipes vont tout droit. On s’arrête et on décide de bifurquer sur la gauche, ça semble plus court. Derrière, d’autres équipes nous suivent. Dommage pour elles car on s’est planté. Lolo s’en rendra compte le lendemain, il y avait 2 ponts à une distance de 50 mètres seulement. Nous coupons à travers une forêt assez dense pour nous rattraper, mais on a déjà perdu beaucoup de temps. Les équipes qui nous avaient suivis ne sont plus là et on sans doute fait demi-tour. Pour elles c’est vraiment mal parti.

On pointe 28ème à la seconde balise. La pente est raide et on essaye de se rattraper en accélérant. Aux contrôles suivants, nous pointons successivement 21ème puis 15ème. Après 800 m de dénivelé positif, nous arrivons au parc VTT.

La première partie est globalement très descendante. Lolo perd l’embout de sac à flotte (dont nous tairons la marque), mais ca ne nous empêche pas de descendre assez vite, et de gagner encore quelques places en doublant dans de très beaux singletracks, par endroit boueux et glissants. Dépassements qui ne sont pas toujours appréciés. Tout d’un coup, nous voyons les équipes qui nous précédaient arriver en sens inverse !

Un peu d’affolement, il n’y a plus de balisage. Il faut faire demi-tour et remonter en poussant les vélo. Heureusement, nous n’avions fait que 500m à partir de l’endroit où le balisage a été enlevé. Nous arrivons à un contrôle ou nous choisissons de prendre l’option (c’est un détour de difficulté variable, qui rapporte un bonus en temps, entre 1 et 2 heures). La montée est très raide et le 22*28 ne passe même pas. 500 mètres de dénivelé supplémentaire avant l’ultime descente et nous en terminons pour ce premier jour, à la 10ème place. Ce qui n’est pas trop mal compte tenu de ce que la première partie VTT, suite au problème de balisage, a été supprimé au niveau du chronométrage.

Le soir, pasta party au bivouac. Lolo nous écrasera avec ses 3 assiettes de spaghettis bolognaise ? Il est 9 heures du soir quant on nous annonce qu’il faut déplacer les tentes. Elles sont en zone inondable. A10 heures on est couché sans avoir touché les tentes ?

La course du dimanche

Nous pensions le Briefing à 7h30 et un départ à 8h. Catastrophe : 7h, l’animateur annonce le Briefing dans 5 minutes et un départ à 7h30. Les tentes ne sont pas pliées (posées sur le parcours en plus), les sacs ne sont pas prêts, nous non plus. Tout le monde s’affaire dans tous les sens, Lolo arrive à placer les premières balises et on se réunis sous le départ à h -1 minute.

D’entrée ça grimpe sévère. Tout le monde marche après 500m et nous montons en direction du col du Joly pour une partie de CO en raquette. Comme la veille nous pointons 12ème à la première balise mais Lolo fait très fort et nous sommes 5ème dès la deuxième. Nous nous faisons rattraper après une pause toilette et gardons une interessante 6ème place sur les balises suivantes. Nous commençons une descente le long d’un télésiège ou l’oubli de sacs poubelles pour ranger les raquettes nous font défaut pour les utiliser comme luge. Les 7éme nous rattrapent et on perd les 4ème et 5ème que nous conservions en point de mire. Ensuite, c’est la cata. Nous sommes au tiers de la course et nous attaquons une descente balisée à travers la forêt. Je m’arrête un instant pour bien fixer mes raquettes au sac alors qu’au même moment le reste de l’équipe accélère pour rattraper les 5ème. En repartant je suis perdu. Je suis descendu trop bas, entraînant une équipe derrière moi. Je crie en vain, tourne en rond. On cherche chacun de son côté, l’équipe qui m’avait accompagné part à droite, je continue tout droit avec l’espoir de rattraper le reste de l’équipe. C’est une nouvelle erreur. Je me retrouve 200m plus bas, entouré de falaises et de torrents. A ce moment là, je ne pensais même pas que nous pouvions finir le raid.

Le temps de revenir sur mes pas, je rejoins manu et olivier au PC suivant qui n’était qu’à 500m de l’endroit où je m’étais arrêté. Lolo est à ma recherche. 40 minutes de perdus. On se retrouve 27ème et la motivation en a pris un vieux coup.

Nous décidons d’oublier l’option raquette de 2h et de redescendre pour enchaîner la partie VTT. La descente est très lente. Le découragement palpable. La transition CO/VTT se fait en plus de 20 minutes. Le chrono n’existe plus. On repars tranquille pour essayer de se faire plaisir et au fil des kilomètres, tout en doublant les équipes qui nous avaient doublés, nous retrouvons un rythme plus soutenus. Manu s’amuse à suivre les premiers qui nous doublent et à faire des petits runs dans une côte que beaucoup feront à pieds. Succède une descente assez rapide dans de la caillasse ou je me fais une belle frayeur (un Tomac bien malgré moi). La fatigue est là. Manu est victime d’une crevaison mais répare rapidement. Nous arrivons au CP où nous décidons de ne pas faire l’option VTT mais de rentrer en se faisant plaisir. Une dernière montée, et les écarts entre les équipes deviennent important. Nous doublons des isolés et des équipes éparpillées.

Enfin, un secteur très ludique. Des singletracks très variés, petites montées, descentes, successions d’épingles où je fais la deuxième grosse bourde de la journée en mettant un pied. Nous retrouvons un peu de pêche pour en terminer.

A l’arrivée, la terasse d’un café nous accueile. Une pression bien méritée à la main nous consultons le classement. 24ème. Olivier remarque qu’il nous manque 1h de bonification. Après réclamation nous voilà 15ème sur 35 équipes classées (12ème catégorie Masc). Place qui nous laisse beaucoup de regrets sur le déroulement du raid et notre baisse de motivation, mais également beaucoup d’espoir pour la suite.

Prochain rendez-vous : le 21 Mai pour la troisième étape dans un lieu mythique pour VTTnet puisqu’elle aura lieu à Die, dans la Drôme. En espérant qu’ils nous ferons profiter de tous les singletracks de rêve qui s’y trouvent ?



Auteur - Frank Plouvier




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013