Accueil > Magazine > Compte-rendus

  La Sprint Avalanche Lyon la Sarra


(16/05/2005)

<REP|SITE/2005/lasarra/CR>
La Sprint Avalanche est en 11 années devenue THE événement de début de saison pour la planète VTT version gros spads. Cette épreuve a la particularité de se passer en ville, au cœur même d’une des célèbres collines de la capitale des Gaules. Cette situation est le gage d’un public nombreux et varié venu assister d’abord à un véritable spectacle avant même une épreuve sportive. Dépaysement garanti pour les non-initiés avec un accès par le haut de la piste directement au milieu du paddock et sous l’estrade du start.

Pour l’édition 2005 pas de gros bouleversements sur le tracé. La piste de la Sarra est très compacte et elle alterne des passages roulants où il faut relancer, avec des endroits beaucoup plus pentus offrant des trajectoires et des obstacles que l’on trouve sur des pistes de descente en montagne. La compacité du lieu, associée à des aménagements d’escaliers, permet au public de se déplacer le long de la piste sur les différents « points chauds » et offrent une bonne visibilité de la course. La célèbre triple de la Sarra et le grand virage sont pris d’assaut ainsi que le passage du bois, avec un « S » bien couillu, assorti cette année d’une belle marche que les pilotes doivent franchir pour plonger dans une compression qui les catapulte directement vers une volée de marches. Ambiance garantie dans ces zones.

Porté par le public qui garni les bords de la piste, sous un beau soleil à peine terni de temps en temps par quelques nuages, les pilotes se donnent à fond en ce dimanche après-midi afin d’obtenir le graal : une place en super-finale. Parmi les riders qui se succèdent on trouve de belles signatures du vtt avec des gars de la trempe de Saladini, Camelini, Bareli, Atherton, Amour, Minaar…A l’issue de la course il ne sont plus que 50 à pouvoir s’aligner pour la Super Cup.

En arrivant sur le site nous avions croisé Marc Vuillemin du team Pleasure Crew, une institution lyonnaise du Free-ride, qui nous avait garanti du spectacle entre les 2 manches. Il ne nous avait pas trompé. Une belle brochette de riders locaux - dont Renaud Balandras et Anthony Tomasi du team Pleasure Crew - se sont présentés sur la célèbre triple-bosse pour y faire le show. Tout y passe et les gars se lâchent bien et fort. C’est la folie lorsque se présente Nico Duyer, qui rentre un back flip parfait sur cette bosse, pas du tout prévue pour cela. Ovation. Pour remercier le public il remettra le couvert quelques instants plus tard. Classe et respect pour ce rider qui nous la joué à la Gracia et une 1ere sur cette piste.

Retour à la compétition quelques instants plus tard. Ca va aller très très vite. Les pilotes se succèdent, sans que se dessine un véritable temps de référence. Greg Minaar semble prendre un instant le meilleur mais des petits gars vont chambouler le classement. La hot-chair change de fessiers en quelques instants. Ce n’est pas pour rien que l’organisation a réglé cette année les chronos au 100 milliéme. Benoît Colin et Julien Camelini jouent à cache-cache mais se sont finalement des vieux de la vieille qui vont rappeler aux petits jeunes à l’ordre. Karim Amour, déjà vainqueur de l’épreuve se fait souffler la 2eme marche par un Mickaël Deldicke décidément très à l’aise sur les parcours typé Bmx où il faut jouer de la relance. Mais c’est quand même un petit jeune qui va monter sur la 1ere marche au finish : le Britanique George Atherton prouve qu’il est décidément le prétendant le plus sévère à la succession d’un Steeve Peat. Sur que celui-là va faire parler de lui sur les circuits cette saison.

Chez les filles, pas assez nombreuses cette année encore, le trône revient à la Reine. Anne-Caroline est bien toujours la meilleure. Elle devance Emeline Ragot et Audrey le Corguille qui confirment toutefois tout le bien que l’on pouvait penser d’elles sur un vtt et qui ont mis dans le vent pas mal de garçons pendant ces 2 jours.

Enfin le chalenge 22 one, qui récompense les meilleurs riders de moins de 22 ans est remporté logiquement par Atherton, encadré de Julien Camelini et du prometteur Benoît Colin.

Encore une fois la Sarra a tenu ses promesses. Pour les simples touristes comme pour les riders avertis, un excellent week-end où il aura été donné de voir du beau VTT porté par une très belle brochette de cadors, venus en nombre pour cette 11eme édition et bien épaulé par des challengers déchaînés. Vivement l’édition 2006.

Tous les résultats sur le site de l’organisateur.

Photos et reportage : RouelibrE



Auteur - RouelibrE




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013