Accueil > Magazine > Tests et essais

  Fourche Magura Phaon


(18/09/2005)

Le fabriquant allemand Magura a débarqué très tôt dans le vtt en tant que spécialiste du freinage, amenant dans l’industrie naissante du vélo tout terrain sa solide expérience acquise notamment dans la moto.

Il y a quelques années le fabriquant hollandais de suspension Rond, proposait une fourche disposant d’un système original, appelé Firm Tech, recevant les freins Magura HS33 et permettant un montage démontage très aisé de la roue. La collaboration entre les deux entreprises s’est terminé par l’absorption de Rond par Magura. Depuis la marque Allemande propose à son catalogue une gamme de fourches. Sacrée gageure face aux poids lourds américains et italiens, d’autant qu’actuellement aucun des grands constructeurs ne proposent de fourche Magura en première monte.

VTTnet a testé pour vous la Phaon, un modèle enduro-freeride à débattement variable.

La Phaon est le modèle enduro de la marque et elle constitue à notre sens le modèle le plus intéressant puisque s’adressant au cœur actuel du marché avec les vtt d’enduro. Sur le papier, une telle fourche doit être capable d’être une fidèle compagne lors de randos dominicales et d’être à la hauteur lors de sorties plus engagées de type montagne et/ou en terrain cassant.

La Magura Phaon offre un débattement variable de 90 à 125mm, la suspension étant assuré par un classique système à ressort et l’amortissement par un laminage d’huile. Au niveau des réglages, elle a tout d’une grande : précontrainte, détente, compression et bien entendu débattement. Difficile de faire plus complet.

Conditions du test : Afin de vérifier et de tester les capacités de cette fourche nous l’avons montée sur 3 vtt différents dont un semi-rigide et nous l’avons emmené en promenade de la Bretagne au Dauphiné, des Alpes au Vercors, tandis que nous suivions par ailleurs les évolutions de 3 nouveaux possesseurs de cette fourche. Afin de se concentrer sur le comportement de la Phaon, tous les testeurs ont monté la fourche sur leur propre vtt.

Le profil des pilotes-essayeurs est bien entendu plutôt celui d’enduristes, préférant le technique et le descendant que celui de crosseurs pur sucre. Par contre tous évoluent de manière hebdomadaire en rando et ne dédaignent pas se tirer la bourre amicalement. Idéal donc pour juger de la polyvalence de notre fourche.

Ballades nez au vent, petits singles bien cassants, pentes bien raidasses, forêts aux chemins sinueux mais aussi pistes permanentes de descente et même parcours shore et bike parks... nous n’avons rien épargné à la Magura Phaon pendant les 5 mois de ce test.

On déballe, 1eres impressions : Ce qui ressort au déballage c’est une franche impression de qualité/robustesse et un aspect valorisant. Le té est bien usiné avec une très belle qualité de finition. La peinture noire donne l’impression d’être indestructible et les boutons de réglage font sérieux. Rien à voir avec certaines productions dans lesquelles on a l’impression de manipuler les boutons d’une dinette de fillette ! Détail qui tue, le passage de l’axe de roue est complété par une pièce de tôle évitant que la fonderie soit agressée lors des montages et démontages. La réputation de qualité allemande n’est ici pas usurpée.

Mais si nos amis d’outre Rhin produisent en général du matériel avec rigueur et sérieux ils manquent souvent de cette créativité typiquement latine. Cela se vérifie aussi chez Magura avec un look et une déco très sobre, voire pour certain un brin vieillote. Les amateurs de matériel discret vont adorer, les fans du tuning et du matos design en seront pour leurs frais. Coté couleur, noir c’est noir... pas d’alternative sauf à passer par le programme de personnalisation, le MAGURA Customize Program qui offre 9 coloris sur demande. Mais avouons que ce n’est pas la teinte qui fait l’efficacité.

Autre point surprenant, la fixation des plongeurs au té. Elle ne se fait pas par un classique sertissage mais par un assemblage mécanique par des vis. Idéal pour l’entretien et le sav en cas de coup dur, mais terriblement « old fashion » question look.

Petit détail anecdotique, la notice livrée avec la fourche, par ailleurs traduite dans un Français parfait, fait la part belle à l’humour. Par exemple dans l’explication de réglage du SAG, il est précisé qu’en cas d’enfoncement insuffisant il faut diminuer la tension du ressort ou bien...boire de la bière ! Au sein de la notice, après les définitions sur détente/compression/précontrainte, on retrouve de très utiles tableaux pour le réglage de la fourche.

Avant le départ : Une fois en place sur le vtt, il faut justement régler la fourche avant de partir.

Coté débattement un bouton anodisé sur le fourreau gauche permet de régler le débattement. La commande est aisée, quoique ferme, grâce à une bonne ergonomie du bouton. Par contre on constate de suite qu’il manque sur les plongeurs une graduation permettant de savoir a quel débattement on est réglé. Idiot pour un produit dont l’un des attraits principaux est le débattement variable !

Le réglage de la tension du ressort se fait par la classique mesure de l’enfoncement (sag). La manœuvre du bouton, située sur le haut du plongeur droit est efficace et suivie d’effet. Par contre le ressort nous est apparu un peu fort pour les petits gabarits ou pour un usage purement descente. Rien de très grave toutefois sachant que Magura propose 2 autres duretés de ressort.

Un bouton anodisé très plat couvre le haut du bouton de réglage de tension. C’est le réglage du rebond. Il ne faut pas de trop gros doigts pour le manœuvrer car il est très plat. Par contre là aussi il tourne assez facilement et un déplacement de quelques crants se traduit par un effet réel sur le retour de la fourche.

Enfin un dernier bouton, placé sous le fourreau droit, règle la vitesse de compression. Réglé fort, vous avez du rendement avec une fourche qui pompe très peu en régime « avionnage », plus faible la fourche déclenche plus vite, sur des chocs plus petits, améliorant ainsi le confort. C’est particulièrement utile en mode faible débattement lors de sorties typées rando. Ce bouton forme une excroissance au bout du fourreau et même si il apparaît très solide, il nous semble qu’il est très exposé lorsque l’on démonte la roue et que l’on pose le vélo sur la fourche. Nous n’avons toutefois eu à déplorer aucune casse lors de toutes les manipulations et il semble avoir été renforcé depuis, par rapport à notre modéle de test

Tous les réglages sont indépendants.

On the fly... : Une période de rodage de 150-200km est nécessaire avant de commencer à affiner les réglages (les modéles 2006 en demanderont moins, avec une friction annoncée en baisse de 30%).Ensuite, point commun à tous les testeurs, il leur faudra quelques sorties supplémentaires avant de trouver l’étalonage optimal. Par contre, dés les premières sorties, la rigidité et la précision de cette fourche seront reconnues. On place le VTT comme l’on souhaite quel que soit le débattement choisi.

Notre premier test portait sur une série de belles randos roulantes en Bretagne. Réglée au minimum et après quelques tâtonnements nous avons rapidement trouvé un réglage satisfaisant, en particulier en ce qui concerne le seuil de déclenchement. Dans les petits chemins bien truffés de graviers et de cailloux la sensation de confort est très bonne. En relances bien appuyées, pas d’effet de pompage prononcé et même en danseuse cela reste très raisonnable. Lors des descentes, l’amortissement est très bon, la fourche travaille à merveille, même en débattement faible et elle fait preuve d’une belle rigidité.

Mais si la Phaon se révèle une compagne de jeu des plus agréable en rando, est-elle du même commerce si on la brusque un brin dans des terrains plus épicés ? Nous avons eu la réponse très tôt, car contre toutes attentes la Bretagne comporte quelques belles perles de VTT dignes de régions plus montagneuses. Une belle descente faites de marches et de gros rochers, avec un départ rapide permettant de placer des petit sauts et un final tout en épingles minées par de belles marches. De quoi faire sortir les tripes de notre Magura. Et elle va très bien s’en sortir, avec un réglage de débattement à 100mm environ. Elle va avaler les chocs sur les pierres et assurer lors des réceptions. Sa rigidité est sans faille et elle permet d’arriver sur le 1er virage en toute sérénité, de tracer de belles trajectoires et de placer le vtt là où on lui dit. Lors des passages de marches en virage, elle assure un bel amorti avec une fin de course légèrement freinée, ce qui évite la désagréable sensation de plongée, voire la mise en situation ’Otbesque’ du pilote. Bref à l’issue de ces 3 premiers jours de tests, la Magura avait convaincu et rempli son contrat.

Et les autres testeurs vont confirmer ces premières impressions, mais sur des terrains autrement moins calmes que ceux rencontrés en Bretagne. La précision de la fourche, la qualité d’amortissement, le confort, tous ont apprécié les valeurs de ce matériel, qu’ils placent dans leurs commentaires au niveau « très bon » voire « excellent ». Rare de trouver une telle unanimité dans nos résultats de tests. Seul petit bémol, certains trouveront que le confort sur les petits chocs est un peu en retrait de leur matériel habituel.

La fourche va aussi aller faire un petit tour dans des Bike Parks, jouer les funanbules dans les shores, sauter bosses et passerelles, affronter les pistes cassantes des pistes permanentes de descente. Jamais elle ne sera prise en défaut. Apte à la polyvalence donc.

Ce qui est très appréciable par ailleurs, à l’issue de 5 mois de mauvais traitements, de montages, de démontages, de rangements dans des coffres de voitures, sur des portes-vélos, des remorques, des passages par des remontés mécaniques, des chutes, c’est l’état général de la Phaon. A part quelques rayures, elle reste comme au 1er jour, la peinture se révélant particulièrement résistante et ne se ternissant pas.

Conclusions : Après 5 mois de tests nous n’avons pas trouvé grand chose à redire à la Magura Phaon. Elle rempli parfaitement son contrat, se montre confortable, précise et rigide. Les réglages et les commandes sont efficaces et la finition générale est typiquement made in germany. La précision des commandes permet de trouver le réglage aux petits oignons permettant à la fourche de s’accorder à votre pilotage, votre terrain de jeu et à l’amortisseur arrière de votre vtt, dans le cas d’un tout-suspendu.

A signaler que nous avions déjà testé une Magura en 2001 sur une très longue durée et que celle-ci s’était révélé d’une rare fiabilité, même avec un entretien résumé au minimum. Gageons qu’il en est de même pour cette version 2OO5.

Bref, c’est pour nous un trés bon produit, simple, efficace et costaud. D’ailleurs, pourquoi ne pas le dire, l’un de nos testeurs a décidé à l’issue de ce test de rouler Magura !

Autre point positif à notre sens, le rapport qualité/prix. A 525 € (voire moins en fouinant chez certains discounters) c’est même une très bonne affaire face à des produits US, excellent par ailleurs mais terriblement chers.

Seul vrai défaut, il n’est pas simple de trouver un revendeur Magura, ou un vélociste connaissant l’entretien de ce matériel, qui est toutefois très simple. Il reste la structure SAV de la marque implantée en France.

En résumé :

-  Fourche MAGURA modèle PHAON
-  Poids : 1950 gr. (vérifié)
-  Prix : 525 € (en baisse pour 2006 à 419 €)
-  Web : www.magura.com

On aime : qualité de fonctionnement, fiabilité, polyvalence, finition générale, résistance de la peinture, rapport qualité-prix, coté ’exotique’.

On aime moins : le manque d’indications de réglage du débattement, confort sur les petit chocs, la diffusion.

Pour qui ? : Vététistes polyvalents, aimant les randos en plaines et les parcours techniques en montagne. Enduristes ne dédaignant pas les sorties plus engagées et aériennes et les sessions en Bikes Park.



Auteur - RouelibrE - Fab




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013