Accueil > Magazine > Le cri du Single Track

  VTT jetable


(2/12/2005)

Plus le VTT "sport" se développe, plus le moyen de gamme aura une espérance de vie limitée. Comme pour les voitures, comme pour les Ipod :

Tout ce qui s’achète doit être "jetable" pour accélérer le cycle de la consommation. En contrepartie plus les produits deviennent jetables plus ils deviennent performants. Du rasoir à 4 lames en passant par le lecteur MP3 qui contient de la musique à écouter pour 3 semaines non-stop, à la voiture qui freine mieux, accélère plus vite mais en toute sécurité, tout est étudié pour être le plus vite possible obsolète, pour être remplacé. Il y a 30 ans on achetait une voiture pour 10 ans, aujourd’hui pour 3 ans. Un Ipod n’est jamais réparé, il est changé. En changeant les standards l’industrie pousse a la consommation : un processeur plus performant qui ne gère plus les anciennes applications ou une cassette 10 vitesses qui fait changer l’intégralité de la transmission, poussent au renouvellement de toute la machine.

L’innovation crée le besoin, qui pousse à l’achat. Les conséquences de ce cycle sont la baisse de la qualité et par conséquent le déchet (les produits usagés n’étant pas ou peu recyclés).

Voila pour la théorie, maintenant à propos du VTT :

Chaques années les marques font évoluer leurs produits à grand renfort de technologie. Ainsi, pour offrir plus de performances, elles ont recours à des technologies plus chères puisque nouvelles. L’avancée technologique n’a pas de finalité autre que d’offrir un argument de vente. L’apparition du carbone un peu partout, tubes hydroformés, le tout pour le grand public qui dans l’ensemble n’est pas capable de sentir la différence d’une année à l’autre.

Le fait est qu’il est possible d’avoir un plaisir énorme à faire du VTT avec un vélo tout simple à partir du moment où l’on ne roule pas pour la performance. Mais il faut avouer qu’un vélo moderne donne des possibilités nouvelles. Les suspensions "intelligentes" ont énormément changé le VTT. Les vélos à gros débattements permettent de rouler sur des terrains que l’on envisageait pas avant.

Le tout c’est d’avoir des vélos qui correspondent à ses aspirations. Et voila où cela coince ! Il n’est plus possible de dire que l’on veut un vélo simple, à géométrie éprouvée, qui durera. Un vélo taillé dans un bon acier ou alu avec des tubes simples, une transmission pas forcément légère mais au moins solide, une fourche qui tiendra plusieurs saisons, des chaussures SPDs qui ne seront pas foutues au bout de 6 mois et le tout sans y cramer un énorme paquet de billets. A la place on a une moyenne gamme avec des systèmes ultra performants tout plein d’acronymes (ETA, VPP... ) qui masquent la pauvreté de leur fabrication. Mais comme argument de vente on vous expliquera qu’on peut "upgrader" et qu’il faut l’envisager de toutes façons car cela fonctionnera mal a un moment ou l’autre.

Personnellement cette logique me rend dingue, c’est ce qui fout en l’air l’humanité et son support. Je le sais et je me tâte pour m’acheter un nouveau cadre avec plus de débattement alors que je roule très bien et plus vite que tous mes potes avec celui que j’ai pour le moment. La consommation est un vice et le commerce c’est l’enfer ! Repentons-nous ! Roulons en Single Speed en attendant le jugement dernier, on fera coursier a vélo au paradis et on lira des magazines qui parlent de l’expérience et de la nature plus que du matos.

Bon, voila, j’ai grillé 45 minutes de boulot payé a écrire ça. Ca fait du bien de crier dans le vide. "

Julien


Cette rubrique est aussi la votre. Pour réagir ou pousser vous aussi un cri primaire qui défoule ou partager un gros rire, écrivez à la Rédac’ VTTnet.



Auteur - Rédaction VttNet




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013