Accueil > Magazine > Tests et essais

  Cannondale Prophet SL


(16/05/2006)

<REP|SITE/2006/prophet>
Chez Cannondale pendant des années ce fut le règne du Jekyll. Véritable réussite technique et commerciale, après le fiasco du Raven, le Jekkyl partageait la case « tout-suspendus » avec d’un coté le Gemini, modèle free-ride et DH et le Scalpel, une pure machine de Xc pour traquer les chronos.

Destiné au départ à la rando sportive, le Jekkyl a été mis à toutes les sauces, de la version light orientée xc à des modèles plus contestables, prévus pour l’enduro à partir d’une base pas vraiment faite pour cela. Autre défaut inhérent à ce modèle, l’amortisseur propriétaire.

Ces derniers modèles n’étaient fait que pour attendre l’arrivée d’un nouveau vtt plus spécifiquement destiné à cette pratique. Né de l’observation des défauts du Jekkyl, le Prophet se présente comme un vélo d’enduro par excellence.

Ce renouvellement de gamme a été complété cette année par l’arrivée du Rush qui vient lui occuper la case laissée libre par le Jekkyl dans sa version originelle, soit une machine à envoyer les watts, entre pur XC et vrai marathon.

Par ordre décroissant la marque hand-made-in-burger-land aligne donc le Judge pour la DH, le Gemini pour le free-ride, le Prophet pour l’enduro, le Rush pour le marathon et la rando bien sportive, le Scalpel lui étant le Xc typé compétition de la marque.

Bref un programme complet et plutôt cohérent.

Mais voilà que vient se glisser là dedans un vilain petit canard, une machine uniquement dévolue au marché européen, le Prophet SL.

Prophet SL...Keski fait, Kicé celui là ?

SL cela veut dire Soft Travel, ce qui, pour qui ne cause pas l’étazunien dans le texte, pourrait se traduire par débattement réduit. Prenez un Prophet et montez-lui amortisseur donnant un débattement de 120mm au lieu des 140mm initiaux, offrez-lui une déco et des couleurs spécifiques et vous obtenez un SL.

Le Prophet SL est donc le même produit que le Prophet avec un débattement plus réduit. Apparu en 2004 avant que le Rush n’arrive, il joue sur la polyvalence, offrant un cadre rigoureux prévu pour un usage « musclé » en montagne avec un débattement et un rendement d’un vtt de marathon ou de rando bien sportive.

Un bien beau ramage, et un joli plumage

Octobre 2005. VTTnet organise un séjour de 3 jours en Alsace. Le matin, juste avant le départ, j’enfourche, comme cela, juste pour voir, un Cannondale Prophet. Si à ce moment là je fais 50 m dans la cour c’est le bout du monde. Mais je sens à cet instant que ces 3 jours vont être très intéressants.

Deux machines sont à ma disposition pour cet essai. Deux philosophies différentes du Prophet SL. D’un coté un SL catalogue, de l’autre un montage perso (cf. le Vélodepote de septembre 2005). Finalement cette différence va me permettre de me concentrer sur l’essentiel : le cadre.

Sans rentrer dans les détails, le SL 2000 est une sacrément belle machine. Avec sa robe alu brossé et sa déco orange, il fait assez « hight tech » et très classe. Coté équipement c’est le bal de la hight society ; Shimano XTR à tous les étages, Lefty carbone à la proue, et Mavic Xmax en guise de chaussons de bal. Vu le prix de la bestiole on ne pouvait demander moins. En tout cas l’équipement est à la hauteur, ce qui n’a pas toujours été le cas chez Cannondale.

L’autre machine n’en est pas moins séduisante. Un cadre rouge vif avec des stickers de même couleurs, juste en relief. C’est en fait un cadre de Prophet 800 transformé par son propriétaire en SL. L‘équipement de l’engin fait la place belle au carbone. Transmission Sram et freinage Shimano XT, fourche Magura Phaon. Un spad de créateur, pensé par son propriétaire. Exotique et séduisant.

Quand je vous disais que je voyais ces 3 jours d’un bon oeil...

De plus prét

Le cadre du Prophet SL est donc la copie conforme du Prophet. Si on se penche plus en avant, on découvre un classique système mono-pivot, avec un positionnement de l’axe en avant de la boite de pédalier pour limiter les effets de pompage. Les deux machines reçoivent un amortisseur Fox équipé du système pro-pédal qui permet lui aussi de limiter, voire quasiment annuler l’effet de pompage. La forme générale du cadre rappelle très fortement le Gemini, avec un double triangle avant, une architecture qui ne va pas sans rappeler les vtt Marin d’il y a quelques années. Gros avantage, on peut baisser totalement la selle, idéal dans les longs parcours techniques. Le bras oscillant parait très travaillé et respire la rigidité. Il offre deux positions d’ancrage de l’amortisseur. Pour le reste la qualité générale d’assemblage est à l’image des productions de la marque, avec des soudures polies et une peinture sans défauts. Comme dit mon fils « ça le fait grave... ».

Et c’est parti !!

Une fois enfourché l’engin on se sent plutôt bien. L’impression est plus nette sur le SL catalogue, qui offre une position plus neutre, avec un cintre relevé et assez large, que sur notre 2eme VTT qui, avec son cintre peu relevé et peu large donne à penser à une machine de Xc.

Phénomène très étrange, nos deux VTT sont des tailles L et nos testeurs roulent sur des tailles M pour certain et XL pour d’autres. Mais personne ne va se plaindre de la taille des vélos d’essais qui ne sont en théorie pas adaptée à leur morphologie, mieux, tous vont se trouver « comme à la casa ». Une géométrie magique et ultra polyvalente ??? Le fait est que même lors de notre test final à Polyonais lors du testing day Cannondale, les 2 même pilotes demanderont des tailles L sans hésiter et affirment qu’en cas d’achat ils prendraient une taille L, même si personnellement avec mon mètre quatre vingt dix, je verrais bien un poste de pilotage plus relevé.

Il est temps d’appuyer sur les pédales. Première impression sur le chemin forestier qui débute le test, c’est le confort de la suspension arrière. Les petits chocs sont bien filtrés, ce qui n’est pourtant pas le point fort des dispositifs mono-pivot. Il faut quelque temps pour s’habituer au système dual-control, qui rappelons le, est proposé par Shimano et consiste à réunir les commandes de frein et de changement de vitesse sur le même levier. Déstabilisant au départ, on en apprécie la précision et l’onctuosité rapidement, du moins tant que le terrain ne secoue pas trop. En ce cas il demande un peu plus d’habitude.

Sur le roulant, le vélo est surprenant de facilité. Il répond bien aux sollicitations et se montre vif et extrêmement dynamique en relance. A allure soutenue, il tient bon la vitesse et on a envie d’appuyer en permanence. Une belle arme dans les arsouilles entre potes, d’autant que l’on ne sent aucun pompage dans l’arrière. Lorsque le chemin se fait single, le Prophet SL se montre carrément joueur et on a alors plaisir à se balancer de la droite vers la gauche, à suivre la trace du chemin qui serpente entre les arbres. Et les facultés à relancer facilement rajoutent encore au plaisir du pilotage.

Lorsqu’arrive la descente, le caractère joueur et vif du Cannondale devrait logiquement le desservir sur le rapide. Mais il n’en est rien. C’est d’ailleurs un trait de caractère qui va étonner nos testeurs, le SL offre une stabilité que sa vivacité ne laissait pas prévoir. Sacré compromis, qui offre un réel plaisir à piloter l’engin dans les singles rapides et tout en pif-paf que nous trouvons en Alsace. Il n’en reste pas moins que si l’engin va se montrer très tolérant et jamais piègeux, il demande toutefois un peu de métier en descente mais rien de grave et un débutant ne se fera jamais peur à son guidon.

Dans les passages techniques le Prophet fait montre d’un beau caractère, il aime bien les grosses pentes et se faufile dans le très sinueux, servi par une direction vive et précise et par des freins puissants.

Par contre la boite de pédalier reste un peu basse et on vient parfois toucher lors des passages de marches ou dans des franchissements "musclés". Pire ! Dans certains singles descendants et ludiques, les pédales ont une fâcheuse tendance à venir flirter avec les racines et les cailloux, au risque d’envoyer le pilote au tapis. Il faut vite intégrer ce trait de caractère du Cannondale au risque de se faire refaire le ‘clavier’ chez son dentiste préféré !

Une fois en bas il faut penser à remonter. Et là le Prophet SL se montre un très bon compagnon. C’est même là où il se montre très fort. La position est très bonne -un peu meilleure sur notre 2eme machine, plus typée XC- Dans les petits coups de cul, il suffit de mettre un peu les watt pour faire bondir la bête avec une facilité déconcertante. Sur les très longues montées qui vont émailler notre sortie du dernier jour, lors de la très belle randonnée organisée par le club de Wissenbourg, on se surprend à avaler 45mn de montée, un rapport en dessous de son développement habituel. Et lorsque quelques obstacles apparaissent, le franchissement se fait sans fausses notes, le Prophet ne cabrant pas outre mesure lorsque l’on met les gaz pour passer la zone. C’est d’ailleurs ces excellentes qualités de grimpeur qui seront unanimement reconnues par les testeurs.

En définitive

Nous avons eu envie pour compléter ce test, de comparer le Prophet SL à son grand frère le Prophet. Nous avons donc profité du test day Cannondale organisé chez LOISIRS VTT pour enfourcher un Prophet sur un parcours un peu plus technique que celui rencontré en Alsace, tout en nous faisant accompagner d’un Prophet SL pour comparer et le juger dans le technique. En effet nous n’avons pas rencontré de terrains extrêmement cassants en Alsace pour jauger complètement ce vtt.

Coté comparatif, le Prophet et le Prophet SL ne se distinguent finalement qu’assez peu l’un de l’autre. On retrouve bien ses marques sur le Prophet après un long test du SL. C’est la même chose en plus haut et en plus...mou. Pas grand chose en définitive mais le Prophet se montre un peu moins réactif et nerveux que le SL mais plus à l’aise dans le cassant avec ses 140mm. Revers de la médaille, on est haut perché et certain peuvent détester cette position.

Même si on ne peut tirer de conclusions définitives de ce comparatif qui n’aura porté que sur deux sorties, mais les machines se ressemblent finalement beaucoup et c’est en fait une question de terrain de jeu et de pratique qui peut différencier les 2 vtt lors d’un achat. Le randonneur-crosseur qui aime à venir taquiner le cassant choisira le SL alors que l’enduriste tendance freerideur se tournera vers le Prophet, plus armé pour une pratique régulière dans le cassant.

Reste que sur une grosse sortie sur un terrain du type Vésubie ou Vercors, associant des montées sur terrain très cassant à des descentes très techniques où le pilotage doit parler, le potentiel d’un SL devrait lui permettre de s’en tirer très largement.

Le Cannondale Prophet SL est donc un très bon VTT, qui offre de la polyvalence, des qualités dynamiques et un caractère joueur et surtout de très grosses capacités à grimper. Plus vif et certainement plus polyvalent que le Prophet qui reste un modèle très typé enduro/freeride, le SL est l’archétype du vtt aussi à l’aise dans les randos dominicales entre potes en plaine, que dans des sorties dans des zones plus montagneuses. C’est un vtt à classer dans la catégorie « marathon », une machine pour aller loin et vite, sans trop se fatiguer et sans disposer obligatoirement d’un gros bagage technique. Par contre il ne faudra pas confondre ce vélo avec une machine d’enduro ou de free-ride « light ». Ce SL reste un vtt « sage » plus accès sur le rendement que sur des qualités de gros franchissement, plus apte à ravir les vététistes des plaines et des collines, tendance XC/marathon, que les randonneurs des reliefs, tendance freeride-touche-à-tout.

Reste à choisir son modèle et à accepter de rouler avec du matériel propriétaire, qu’est la Lefty qui équipe une grande partie de la gamme Prophet, sauf à se monter son propre vtt sur la base d’un cadre SL, comme l’a fait le propriétaire de notre 2eme VTT de test (voir article). Même si on n’a absolument rien a trouvé à redire à la fourche Cannondale quant à son comportement, on peu lui reprocher d’être contraignante coté entretien, avec un moyeu spécifique et le démontage-remontage de la roue avant qui devient rapidement pénible du fait de l’obligation de démonter l’étrier du frein pour sortir la roue. Coté budget cela reste du Cannondale et il faudra prévoir d’exploser son cochon si on veut s’offrir le haut du panier, mais pour le prix on aura droit au top du matos, ce qui n’a pas toujours été le cas par le passé chez ce constructeur. Sinon on pourra s’orienter vers le bas de la gamme et faire évoluer un cadre qui reste excellent, attention en ce cas de choisir un modèle équipé d’un amortisseur avec un système anti-pompage pour ne pas gâcher toutes les qualités du cadre.

Bref en version SL ce Cannondale Prophet est une machine bougrement séduisante, qui offre une plage d’utilisation importante avec son débattement suffisant mais ne donnant pas dans la démesure. Une vraie réussite à la croisée des pratiques.

- On aime : Capacités dynamiques en particulier en montée, joueur mais restant stable en descente, le look, le rendement, la qualité générale de finition, la selle qui se baisse complètement, la garantie à vie du cadre, le réseau de vente et donc d’entretien.

- On aime moins : La fourche Lefty, trop exclusive et jugée chère à entretenir par les propriétaires, le manque de facilité pour démonter la roue avant, les manivelles qui touchent les obstacles.

- Pour qui : Vététistes touche-à-tout aimant autant arsouiller en plaine que grimper des heures en montagne, adeptes des raids longue distance comme des randos dominicales, privilégiant la vivacité aux grosses capacités de franchissement.

- Le site CANNONDALE WWW.CANNONDALE.COM

TANKIOU : A John de chez Cannondale, Jean-Loup de Loisirs VTT, Bernard et Fabrice pour nous avoir permis de tester les vélos



Auteur - RouelibrE




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013