Accueil > Magazine > Compte-rendus

  Anjouday, premier du nom !


(1er/02/2007)

Ca faisait un bout de temps qu’on en parlait et de météo pourrie en rendez-vous manqués, ça a fini par glisser d’un an...

Rv est venu me chercher de bonne heure. Il faisait largement nuit vu qu’on avait de la route entre RENNES et le sud d’ANGERS. Ca pleuvait dru. Manu,lui, avait pretexté le travail...( acheter des arbres.. mouais ) pour déclarer forfait ; RV pensait plutôt qu’il n avait pas osé prendre le risque de se faire tremper..

En fait j’avoue que je n’étais pas motivée..d abord parce que la météo , bof ( faut dire que ça avait plu toute la nuit avec des rafales de vent qui incitaient plus à rester sous la couette plutôt qu’à un bain forcé) et puis, l’idée de saloper mon nouveau vélo ne m’emballait pas vraiment.

Ah oui, pour ceux qui ont connu mon antique RR540, ca y est !
Manu ( mon mari ) et moi avons fini par craquer...une sortie dans le bon magasin, SPAD à Rennes et on est reparti avec un KONA KING KIKAPU pour lui et un KONA LISA DS pour moi.
Ca fait une seule commande, et comme ça, c’est plié comme affaire depuis le temps qu Olive , Prop’s et surtout RV nous bassinaient.

Donc, je pars avec l’idée d ’étrenner mon nouveau joujou bleu. En réalité, il est bleu et blanc, comme mon cuissard, mon casque, mes gants, mes chaussettes, mes chaussures et... Non, vous n’en saurez pas plus !
Après presque 2 h de route on arrive à bon port...chez Olive !

Il est prêt, et nous attend avec son cousin. Le temps de dire bonjour, de se changer et de remarquer que Prop’s a joué les feignasses ( j’ai même entendu ’ grosse taffiole de prop’s), on part.

Bizarrement, il ne pleut pas. C’est venteux mais ça le fait plutôt bien.

l’Anjou n’est pas la haute montagne mais on ne roule jamais longtemps sur le plat. Notre petite sortie se passe bien. J’en profite pour roder les freins. Quand c’est neuf, c’est pas terrible un disque. Ca ira déjà mieux en fin de sortie.

Le paysage est varié, il y a des chemins creux, quelques sympathiques descentes, un petit shore perdu dans un bois, quelques chasseurs plutôt sympas mais l’un d’eux un peu moins ( hélas ).
On roule tranquille. Olive et Chris, son cousin devant, RV et moi derrière.

Il y a quelque chose de particulier dans cette région, plein de vignes mais aussi de nombreuses maisons troglodytiques assez surprenantes.

Ca fait presque 3 h qu’on roule. Il est déjà largement midi passé quand le portable d’Olive sonne.
C’est sa femme qui le prévient que Prop’s a réussi à se sortir du coma pour venir déjeuner avec nous. Comme quoi, l’appel de la Chimay, du rougail saucisse et de l’anjou rouge, c’est quand même puissant.

Là, sur le coup, RV et moi commençont à largement trainer la patte. Olive nous annonce 10 bornes pour revenir ! On s inquiète à moitié parce qu’avec sa manie de blaguer à froid, on a du mal à savoir quand il raconte des co.....ries.

20 minutes plus tard, on souffre,et pas qu’un peu ! On a faim, soif ( camelback vide ). J’ai beau avoir un vélo confortable qui m’aide bien ( j’en reparlerai plus tard )mais, il y a une longue montée face au vent qui ne faiblit pas, sur un terrain un peu collant et qui détruit ce qui me reste de force.
On aurait du se méfier. Il y avait réellement 10 bornes.

Olive, devant, nous avouera qu’il en bavait lui aussi. RV, j’en parle pas. Chris se promène. Sur une montée galère, il était à coté de RV , ils avancaient devant moi , et d’un coup, il a passé la 2ème comme si il avait oublié de fermer le gaz chez lui. Il n’est pas vttiste ( c’est un Parisien, ça n’aide pas ) mais il a la condition et il est " facile". C’est énervant des mecs comme lui.

On finit par arriver sur le coup de 14 h au point de départ. Prop’s nous attend, gai comme un pinson, il n’essaie même pas une excuse à 2 balles.Il ne perd pas de temps.

Petite douche, histoire d’avoir une tête présentable et on attaque l’apéro en attendant le rougail qui chauffe pas loin de là. A se demander si on est venu pour rouler ou pour manger ( il y a surement un peu des 2 !). RV se paie des crampes.

L’après-midi est des plus simples. On déjeûne, RV va nous laver les vélos. Il faut dire qu’il vit en appartement, qu’il a rarement l’occasion de jouer avec un jet d eau alors il ne s’en prive pas. Olive et Prop’s commencent à m’expliquer en long et en large ce que je dois changer sur mon vélo. Si j’ai bien suivi, je garde le cadre et je change le reste... Ah ,ces 2 là..

La nuit tombe vite et déjà on songe au retour. Il reste 2 h de route à refaire.

Que dire ? Météo : pas une goutte de pluie ( avec ce qui était tombé la nuit...), beaucoup de vent surtout de face à la fin, du soleil, un accueil de rêve (ceux qui connaissent personnellement Olive savent de quoi je parle), un parcours sympa et une bonne journée.

c’est promis, la prochaine fois, ça se passera près de chez nous...

Karine alias Miss K

P.S. : il n y a pas à dire, un bon vélo, ça vous donne envie de rouler.



Auteur - Hugo




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013