Accueil > Magazine > Tests et essais

  Test du On-one inbred 29


(27/05/2010)

On-One est une marque anglaise qui est cousine de Planet-X. D’abord exclusivement dédiée au matos singlespeed (d’où son nom), elle propose aujourd’hui tout un catalogue de vélos assez originaux en acier, en aluminium scandium ou parfois en titane (sous-traités chez Lynskey).

On retrouve donc sur le site internet de la marque la gamme suivante :

- les Inbred 26 et 29, singlespeed ou multi en acier maison,
- le Scandal, un 29 pouces en scandium,
le 456, un hardtail acier polyvalent avec une géométrie adaptée aux fourches à grand débattement
- le Pompino, un pignon fixe de route
Et toute une gamme d’accessoires (tendeurs, fourches rigides carbone, etc...)

Les produits ne sont pas fabriqués au pays des petits pois à la menthe mais à Taïwan selon un cahier des charges On-One. Fabrication au pays du soleil levant, vente directe sur le site, personnel réduit font que le prix est très contenu. Ainsi le modèle testé nous est proposé à 599 livres, soit 800 euros. Le site est à surveiller car il n’est pas rare de tomber sur des promos ou des séries limitées.

Moins d’une semaine après la commande en ligne et sous-réserve d’avoir vérifié les stocks avant, on reçoit chez soi un grand carton qu’on s’empressera de pulvériser délicatement !
L’emballage est parfait, le cadre est bien protégé et après une bonne heure d’assemblage méticuleux, on appuie sur les pédales !

Le inbred 29 est livré en montage singlespeed avec une belle fourche rigide.

<PHOTO|4604089059|Medium|center>

En statique, le cadre acier est de belle qualité, avec des goussets de renfort à la jonction du tube diagonal et de la douille de direction ainsi qu’au niveau du boitier de pedalier. Trés communs sur un alu, ces élégants renforts sont plus rares sur un acier. Les pattes arrières sont mobiles grâce à 2 vis et permettent de tendre la chaine très efficacement.
L’acier utilisé répond au nom de code DN6 qui est en fait un clin d’œil à l’adresse des locaux de la société. C’est en fait une série de tubes en chromo 4130.
Une patte arrière permettant de monter un dérailleur est également livrée.

La fourche droite est très originale et revendique visuellement sa différence : fourreaux droits, té discret.
Quand on roule rigide, autant le montrer !
La peinture blanche nacrée est magnifique. Un flacon de retouche est livré avec le vélo en cas d’accrocs.
L’ensemble des composants est estampillé On-One, les détails esthétiques sont nombreux et on retrouve bien l’esprit british dans la déco.
Le cintre Fleedge est lui aussi original : il est très large, indispensable en singlespeed pour bien transmettre l’effort, et sa courbure vers l’arrière est pour le moins déroutante.
Les roues sont un assemblage de moyeux disc-ready et de jantes maison, simples mais robustes. Les pneus sont différenciés avant/arrière et sont tous deux de la marque WTB.

Monté initialement en vbrake, l’exemplaire en test est équipé de freins à disques avid mécanique, simples mais efficaces et sans soucis.

Une fois sur le vélo, on ne sait pas si les sensations sont bonnes ou mauvaises : le cintre est étrange, la fourche rigide est ... rigide, les roues paraissent gigantesques. Dépaysant !
Allez on attaque un premier singletrack. Le vélo est joueur, la fourche rigide est très précise, on redécouvre un pilotage directif et nerveux.
Mais le 29 pouces dans tout ça ? Et bien on retrouve les bienfaits cités dans le test du Surly Karaté Monkey :
Le confort est notable, l’adhérence dans la boue est hallucinante malgré les pneus au profil visuellement peu polyvalent. L’inertie est mieux conservée et permet d’avaler les faux plats montants.
Les passages de marche deviennent une formalité, les roues s’enfoncent moins dans les trous et l’OTB parait impossible.
Avec mes 1m93, J’ai enfin l’impression d’être sur un vélo à ma taille !
Le cadre et la fourche absorbent très bien les chocs et permettent d’emmener ce vélo sur de longues sorties sans douleurs particulières, si ce n’est celle des jambes !
En descente rapide, le vélo est un rail, il s’inscrit parfaitement dans les virages, sans perte d’adhérence grâce à la surface de contact des pneus 29 pouces.
Le On-One, pourtant testé dans sa plus grande taille, tourne dans un mouchoir de poche. La géométrie est ici parfaitement maîtrisée.

<PHOTO|4604699396|Medium|center>

A l’usage, le cintre est parfait, sa forme de prime abord étrange se révèle très ergonomique. Très large, il faut juste faire attention de ne pas s’accrocher aux branches ! Sa courbure vers l’arrière permet une position ergonomique en danseuse, finalement très plaisante.

Alors tout est bon dans ce vélo ? Presque ! Je regrette les poignées trop fines et inconfortables pour mes grandes mains.
L’autre point faible est la roue libre de marque Dicta très basique, non étanche qui à la suite d’une sortie bien arrosée ou boueuse supplie le vttiste à grand coup de crouic-crouic sonores. Temporairement, la solution est de lui envoyer une bonne giclée d’huile.
Après un an d’utilisation, elle a d’ailleurs littéralement explosé ! Je l’ai avantageusement remplacée par un modèle White Industries, certes couteux pour un unique pignon mais d’une fiabilité sans faille.
En conclusion, vélo simple, efficace sans gros défaut, cet Inbred permet de découvrir le 29 pouces sans dépenser trop.

Plus :
- cadre acier de qualité
- Le 29 pouces, ça marche !
- originalité
- prix contenu
- Le singlespeed c’est simple, c’est bien.

Moins :
- grips trop fins
- roue libre de base
- Le singlespeed c’est dur ;-P


Entre temps, Laurent s’étant offert un superbe Niner, le On-One est tombé dans l’escarcelle du rédac-chef qui ne peut que confirmer les impressions de Laurent. L’évolution la plus marquante a été le changement des poignées par des Lizzard Skins blanches (plus en accord avec la couleur et surtout, plus confortables) et le passage aux freins XTR, plus progressifs et surtout puissants pour arrêter les 100 kg du propriétaire



Auteur - Lolo




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013