Accueil > Magazine > Compte-rendus > Randonets

  VosgesNet 2007 : du pur plaisir


(9/08/2007)

Le vosgesnet 2007 c’est un randonet qui s’est déroulé dans les Vosges en 2007. Et un randonet c’est un des 4 séjours annuels organisés par VTTnet aux quatre coins de ce que vous voudrez. Cela durait trois jours. Trois jours en immersion totale de vtt de convivialité et de boissons aussi variées que houblonnées. Cette fois c’est Hugo qui se colle au compte-rendu rédigé à l’arraché et sur place à l’issue de chaque soirée après une abondante réhydratation.

<PHOTO|1031487907|Thumbnail|right>
jeudi 4 aout

Arrivés à Ventron au Châlet des amis de la nature après 5h30 de route, Magicall et moi-même retrouvont Koyote, Panoche et sa femme. Bizangoo nous rejoindra dans la soirée.

Le gîte est sympa avec une salle à manger rustique plafonnée d’énormes poutres et les responsables (deux vieilles dames) gentilles mais assez autoritaires.

La soirée s’écoule devant une spécialité vosgienne (plutôt une spécialité de Koyote) : les pâtes à la sauce curry, ananas et raisins, un mets exotique s’il en est.

<PHOTO|1031969794|Small|left> Quelques bières spéciales apportées de ci et de là achèveront la soirée.

Mais pour certains, il n’est pas encore l’heure du dodo ! En effet, Biz a décidé de faire une grande première sur un randonet : le montage complet de son vtt, un Orange P7, en une nuit.

Pour cause de frein arrière récalcitrant, Biz sera puni et
devra quand même faire tout ce randonet avec son gros Patriot.

Tout le montage se trouve ici

vendredi 5 aout

Après une courte nuit de sommeil pour cause de montage d’Orange, départ à la bourre vers 10 heures.

Au départ, Panoche, Magicall, Koyote, Hugo et Cédric, un Alsacien qui AGSM en montée et en descente avec son tout rigide On One.

Démarrage en fanfare avec une « petite montée » de 9 km et 450 m de D+ dans le brouillard et les frimas du matin. Ca roule bien au début dans un chemin forestier qui se transforme en single bien piégeux et empierré. On est dans les Vosges, dans les bois, c’est le calme et la sérénité. Seuls s’entendent les changements de vitesse, les craquements de pédalier de Magic et le souffle court d’Hugo.

<PHOTO|1054652319|Small|left> Arrivés au Grand Ventron, la montée se termine par un sentier quasiment impossible sauf pour les deux chamois de service. Koyote et Cédric nous mettent en effet minables dans la montée et s’envolent vers la table d’orientation.

On entame alors le chemin des crêtes vers le col d’Oderen. Selon les Vosgiens, c’est du facile. Selon les autres, ce sera une succession de montées raides et techniques suivies de descentes qui se font tantôt à pied, tantôt en essayant de contrôler le vélo dans des épingles remplies de pierres, de racines et qui vaudront à quelques-uns de grosses frayeurs. Il y avait malgrè tout quelques descentes ludiques et qui ont permis à chacun d’exprimer tout son bagage technique.

<PHOTO|1054662223|Small|Left> Vers 14 heures, l’arrivée à la ferme de Felsach permettra un repos, pique-nique bien mérité sous un timide soleil.

Ce sera également l’occasion pour Biz de nous rejoindre en remontant du col.

L’aprés-midi verra la scission du groupe avec Biz et Cédric sur le parcours « expert » et Magic, Hugo et Koyote sur le parcours « débutant ».

Les débutants se taperont quand même 20 km dans des chemins beaucoup plus faciles mais avec toujours du dénivélé. Une belle descente vers Bussang permettra aux cuisses de se reposer avant la remontée vers la Kinsmuss.

<PHOTO|1055535342|Small|right> Les experts rajouteront une boucle vers le Drumont et ses chemins raides à l’aller et ses sentiers techniques au retour.

La cerise sur le gâteau sera le petit singletrack vers Ventron, ses marches, ses racines et la tonne de fun qui l’accompagne.

La remontée de 2 km sur le gîte ne sera qu’une « formalité » et c’est autour d’un bonne bière que la journée se terminera.


Samedi 4 aout

Par Carbone

Aujourd’hui mes impressions : ça montait, mais alors ça montait !

Le matin, dès le départ, en compagnie de Stéphane et Patrice, venus spécialement de Nancy, c’est parti pour 300 m de D+.

Il fait encore frais et tout le monde monte bien.

<PHOTO|1054654889|Small|right> Nous enchainons par un chemin de crête, le sentier des commandos africains, alternant raidillons et descentes courtes dans la forêt de sapins.

Certaines zones sont plus qu’humides. Progressivement le sentier descend vers Cornimont où nous finissons cette première descente.

S’ensuit une remontée au col du Brabant, pour certains par un sentier très raide, pour d’autres par la petite route déserte. Le soleil cogne fort et la bière à l’arrivée est fort appréciée. Les plus amateurs en reprennent d’ailleurs une deuxième...

<PHOTO|1054698563|Small|left> Après le repas, une courte montée, un rapide tour au point de vue de la roche de minuit, et arrive l’un de mes sentierss préférés dans les Vosges : une quarantaine d’épingles sous les sapins, certaines niveau école, d’autres plus trappues...

C’est à partir de là que j’ai souffert : la remontée vers le col de Brabant a failli avoir ma peau.

<PHOTO|1054699275|Small|right> Là Koyote sort la carte et l’on discute. La solution courte est retenue : Ouf ! Et voilà le groupe reparti vers la descente du mur des Granges. Un pur bonheur aussi ce sentier, mais je suis naze et je subis le sentier.

Arrivés en bas, c’est reparti pour 300m de dénivelée : l’appel de la bière fait son effet, je retrouve un peu de jambes. La montée finalement fort régulière se révèle mortellement longue, suivie d’un chemin en montagnes russes et d’une dernière descente fort ludique. Tout le monde se tire la bourre, excellent !

<PHOTO|1031706395|medium|left>

La journée se termine donc avec 40km et 1500m de dénivelée. Ah j’allais oublier, c’est le moment de la bière !

Dimanche 5 aout

C’est déjà le dernier jour de ce Vosgesnet.

Après une grosse soirée agrémentée de gobage de flamby pour certains, de soutirage et de dégustation de bière pour d’autres, tout le monde (sauf notre GO) semble assez éprouvé. Mais on ne pouvait envisager en rester là.

On remballe le matériel, les sacs sont chargés dans les coffres et direction le tout nouveau Bikepark du Lac Blanc à 45 minutes de route de Ventron. Ce sera l’occasion de voir le développement de ce site, son évolution et les aménagements effectués depuis l’ouverture.

<PHOTO|1055500414|Small|left>

Sur place, les équipements légers des jours précédents cèdent leur place aux casques intégraux, genouillères et combinaison de protection indispensables dans ce genre d’endroit. Les vélos ont également droits à leur transformation (gros boudins pour certains, ajustements des pressions).
Carbone profite de l’occasion pour troquer son Yéti contre un bon gros Scott Nitrous plus approprié.

En passant, remercions l’équipe de la station pour l’accueil, le préposé aux forfaits ainsi que le patron.

Dès tout ce petit monde équipé, c’est parti pour la découverte des singles.

Très vite, on se rend compte du niveau des pistes et de leurs difficultés. C’est clair, ce ne sont pas des parcours pour novices.

La Soft nous sert de rampe de lancement. Dès les premiers lacets, ça tabasse bien. Mes Geax Lobo Loco se révèlent vite de la m... Le parcours sinue dans la pente, ce n’est pas du tout droit, donc, pas de méchante gamelle à redouter mais l’attention ne doit jamais se relâcher sous peine de dérapage incontrôlé.

On remonte très vite, pas de file au télésiège, super !

Après un pique-nique sous le soleil et avoir récupéré Roudou, on attaque la Cool. Malgrè son nom, c’est une piste d’un autre niveau. Une passerelle aborde la forêt et les difficultés se succèdent : rampe bien raide, succession de racines avec des creux importants entre elles (pourquoi tant de racines dans une forêt ? :-)).

Quelques jumps sont aménagés dont un assez impressionant mais des échappatoires existent.

La Flow est plutôt une succession de courbes dans les racines et pierriers. Ca ne m’empêchera pas de me mettre au tas plusieurs fois. La fatigue des deux sorties vosgiennes laisse des traces et je me résigne à terminer cette journée. Je remballe mon matériel et j’attends magicall qui revient d’une petite découverte des parcours balisés de XC avec Koyote (avec encore plusieurs centaines de mètres de dénivelée dans les jambes).

Les adieux sont « déchirants » et nous repartons la tête pleine de souvenirs des ces magnifiques Vosges.

Juré, on reviendra (mais mieux entraînés) !

Tout l’album photo se trouve ici



Auteur - Bizango - Carbone - Jean-Marc Delforge - Hugo - Magicall




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013