Accueil > Magazine > Compte-rendus

  A la découverte du Val d’Aran


(30/08/2007)

Le Val d’Aran,, avec 620 km2, est une région située à l’angle Nord des Pyrénées Catalanes, où la Garonne prend sa source. Il est enclavé dans la zone de massifs les plus élevés des Pyrénées avec des altitudes supérieures à 3000 m. Le Plan de Beret, haut plateau culminant à 1800 m, marque la séparation entre les bassins atlantique et méditerranéen.

Le Val d’Aran est constitué d’une suite de petits villages s’étendant de la frontière française au Port de Bonaigua. Vielha en est la capitale administrative et compte la moitié des 8000 habitants de la vallée.

<PHOTO|1278594877|Medium|c >

Notre point d’attache sera Baqueira, la station de ski à la mode de la région à 1500 m d’altitude. Néanmoins, il est plus intéressant et sympathique de loger plus bas dans la vallée, à Vielha ou dans un des sympathiques et charmants villages du Moyen Aran.

Il existe un guide reprenant 13 parcours vtt fléchés de 11 à 35 km avec des difficultés diverses et un dénivelé plus ou moins important.

Il y a en plus de nombreuses possibilités mais les chemins et sentiers les plus intéressants se trouvent dans le Bas et le Moyen Aran, pistes caillouteuses, petits sentiers empierrés dans des tunnels de noisetiers, quelques épingles.
Le Haut Aran (où nous logions) est plutôt du style haute montagne, avec de longues montées de souvent plus d’1 heure et près de 1000 m de D+ et la descente qui suit.

<PHOTO|1278596021|Medium|c >

Par une après-midi couverte, la première sortie, afin de découvrir les environs de Baqueira, mène au Sanctuaire de Montgarri sur le Plan de Beret. Le guide indique 11 km mais au départ de la télécabine de Beret. Afin d’allonger la distance, je démarre de Baqueira avec une montée de 3 km en direction des nuages. Très vite, la visibilité devient quasi nulle et le brouillard m’accompagnera toute la montée. Heureusement, j’ai le GPS.

Je quitte la route et emprunte le chemin serpentant entre les pistes de ski. Ca grimpe fort. Après l’arrivée des télécabines, je me dirige vers le lac de Baciver mais, une évidence s’impose, la carte vendue avec le guide n’est pas assez précise. Plusieurs sentiers s’offrent à moi alors qu’un seul est repris sur la carte.

Le GPS et la boussole aidant, je trouve une descente super ludique, entre de gros rochers et quelques passages de gué, seulement accompagné des chèvres et des cloches de vaches et j’arrive au parking d’Orri.

<PHOTO|1278597243|Medium|c >

Sur le Plan de Beret, miracle, le temps s’ouvre. On se croirait sur une lande écossaise. Les 11 km de rando balisée sont plus faciles. Ils constituent en une descente facile sur un chemin empierré vers Montgarri et en une remontée assez facile pour environ 200 m de D+.

<PHOTO|1279464414|Medium|c >

Le retour vers Baqueira sera sublime : imaginez une descente de 8 km d’abord dans un petit vallon encaissé à slalomer entre les pierres et ensuite sur un magnifique single en balcon donnant sur tout le Val et semblant n’avoir plus été emprunté depuis des siècles.

En deuxième sortie, le parcours en boucle du Pont d’Arros, 20 km, me permet de découvrir les magnifiques villages du Moyen Aran, respectueux de l’architecture traditionnelle en pierres et très bien entretenus.

<PHOTO|1279465724|Medium|c >

La montée du Pont D’Arros vers Vilamos (930m à 1235m) s’effectue d’abord sur le goudron mis très vite, j’entre dans un sentier avec des vestiges de pavés et de pierres datant d’un autre âge et sous un tunnel de noisetiers propices à procurer de l’ombre par temps caniculaire. Entre la végétation, la vue est superbe.

<PHOTO|1278602133|Medium|c >

Après Vilamos et sa magnifique église du XIIème siècle, une petite côte mène vers Arros de Sur mais très vite, le bonheur est dans le pré. En effet, une longue descente commence vers Benos, véritable régal ponctué de passages techniques, pierres, racines et quelques épingles.

Un gros coup de c... vers Begos me laissera sans jambes mais il ne reste que quelques km et en plus en descente vers le point de départ.

<PHOTO|1278604235|Medium|c >

Faute de temps, les autres parcours n’ont pu être testés mais, vu le nombre de sentiers, le dénivelé offert et le peu de touristes présents dans la région, il y a de nombreuses possibilités et encore beaucoup de vtt à faire.

A noter que deux remontées mécaniques fonctionnent en été sur Baqueira (un peu chères : 7 euros pour monter à 1900m et 12,5 pour 2500m). Pourquoi ne pas rêver à un développement plus axé vers le freeride et la descente ? Le Val d’Aran deviendrait alors une des destinations phares du vtt avec toute l’infrastructure nécessaire.

Si les Alpes vous lassent, si vous voulez découvrir d’autres horizons, une autre façon de vivre, foncez au Val d’Aran.



Auteur - Hugo




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013